Télécardiologie : des bénéfices confirmés sur des milliers de patients

A l’origine d’une plateforme universelle centralisant les données issues d’appareils médicaux connectés, la Medtech annonce ce 27 avril, boucler une série A à hauteur de 21 millions d’euros. Elle entend élargir l’utilisation de sa plateforme spécialisée en télécardiologie à de nouvelles pathologies, tout en poursuivant son déploiement outre atlantique.
 
L’actualité
Trois ans après une 1ère levée de 4 millions d’euros, Implicity boucle une série A à hauteur de 21 millions d’euros grâce au soutien de Crédit Mutuel Innovation, Bpifrance, ainsi que des investisseurs Serena, XAnge, Karista et BNP Parisbas Développement. Une somme qui doit notamment lui permettre d’accélérer la commercialisation de sa plateforme de télésurveillance cardiaque, en France comme à l’international. La startup entend aussi développer par la suite de nouvelles solutions. A noter qu’elle avait été sélectionnée lors du premier appel à projets du Health Data Hub, cette immense base de données qui regroupe les données médicales des Français. Une belle opportunité d’utilisation de ces informations pour développer de nouvelles fonctionnalités !
Premier contributeur au programme ETAPES (une expérimentation qui encourage et soutient financièrement le déploiement de projets de télésurveillance), Implicity couvre plus de 60 000 patients dans 100 établissements médicaux en Europe et aux États-Unis, dont les hôpitaux de l’AP-HP
 
Grâce son accès aux données du Health Data Hub dans le cadre du projet « Hydro », Implicity a pu également développer un système d’apprentissage automatique pour prévenir les épisodes aigus d’insuffisance cardiaque avec hospitalisation.

Implicity collabore aussi avec Bayer afin de fournir une offre commune dédiée aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque. Ce rapprochement vise également à évaluer la manière dont l’approche de la visite médicale peut s’accorder avec l’inclusion des patients en télésurveillance, ainsi qu’à évaluer la solution auprès des patients et professionnels de santé.
 
Le contexte
Fondée en 2016, Implicity a vu le jour sous l’impulsion d’Arnaud Rosier. Ce médecin a souhaité améliorer la prise en charge des patients souffrant de troubles cardiovasculaires. A l’époque, plus de 500 000 personnes en France étaient équipées de prothèses cardiaques implantables (pacemakers et défibrillateurs), faisant de ce type de matériel les dispositifs médicaux les plus utilisés. Un suivi à domicile a été rendu possible par l’avènement de la télémédecine. Cependant, les cinq fabricants de ce type de dispositifs dans le monde (les Américains Abbott, Boston Scientific, l’Irlandais Medtronic, le Chinois Microport et le Français Biotronik) contraignaient les professionnels de santé à utiliser cinq plateformes propriétaires distinctes au cas par cas. En créant Implicity, Arnaud Rosier a cherché à créer une plateforme universelle en mesure de réunir les informations de l’ensemble de ces dispositifs toute marque confondue, en un même lieu. Les données récoltées par les pacemakers et les défibrillateurs, centralisées dans un seul et même outil ont pu ainsi être plus facilement consultables par les équipes soignantes.
  
A quoi va servir cette série A ?
La startup a récemment obtenu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA), l’agence américaine en charge de réguler les denrées alimentaires, les médicaments et les dispositifs médicaux, pour mettre en place un algorithme d’intelligence artificielle destiné à analyser les électrocardiogrammes des moniteurs cardiaques implantables sur le marché.
Son objectif est double : proposer aux professionnels de santé du monde entier d’adopter une approche plus holistique des soins aux patients cardiaques et démocratiser les soins cardiaques à distance. Implicity exploitera ainsi sa série A pour accroître sa présence aux États-Unis et saisir de nouvelles opportunités de marché. Le développement de nouveaux dispositifs médicaux logiciels permettra de conforter son avance technologique.
 
Alors que les équipes de télésurveillance se confrontent à un nombre croissant de données issues d’appareils connectés, le besoin d’une plateforme universelle à distance est désormais largement reconnu comme primordial.
Seulement, ce nouveau mode organisationnel de collecte croissante de données sur un espace créé, implique également d’évoluer vers des innovations de rupture : en même temps que ces innovations technologiques se développent, le monde médical devra accueillir de nouveaux métiers. Soit de nouvelles compétences métiers à développer et accompagner, auprès des infirmiers et de toutes les structures qui accompagnent les patients.