« Petite Poucette » de Michel Serres – Fiche de lecture

Présentation de Michel Serres

Michel Serres est un homme de lettres, philosophe et historien français.

Né à Agen, le 1er septembre 1930, de parents paysans. Il s’inscrit à l’École navale en 1949 et à l’École normale supérieure en 1952. Là-bas, il se découvre une passion pour la philosophie, qui fera l’objet de son agrégation en 1955. Avant de se dévouer entièrement à cette passion, Michel Serres servira comme officier de marine sur divers vaisseaux de la Marine nationale de 1956 à 1958 : escadre de l’Atlantique, réouverture du canal de Suez, Algérie et escadre de la Méditerranée.

Fort de cette riche expérience, Michel Serres décide de se diriger vers l’enseignement suite à l’obtention de son doctorat en 1968. Il enseigne à Clermont-Ferrand, Vincennes, Paris I et à l’université de Stanford.

En 1968, Michel Serres publie son premier ouvrage intitulé « Le Système de Leibniz et ses modèles mathématiques » qui parle des travaux du philosophe et mathématicien allemand Leibniz. Après cela, il a écrit plusieurs ouvrages sur des sujets variés, notamment dans les domaines des sciences et de la philosophie. Il fut l’un des premiers auteurs à traiter du sujet de la communication.

Le 29 mars 1990, Michel Serres est élu à l’Académie française et a également été commandeur de la Légion d’honneur. Il est célèbre pour ses œuvres et travaux académiques relatifs, entre autres, à la communication et à la révolution numérique, ainsi qu’à la philosophie et aux sciences. Parmi les livres à succès de Michel Serres, « Petite Poucette » et « C’était mieux avant ! » font partie des plus connus.

Michel Serres est décédé à Vincennes le 1er juin 2019. À ce jour, il est considéré comme une source d’inspiration et d’avant-garde dans de nombreux domaines.

Couverture Petite Poucette

« Petite Poucette », c’est quoi ?

Michel Serres parle de « Petite Poucette » pour la 1ʳᵉ fois, le 1er mars 2011 lors de son discours à l’Académie. En 2012, il publie son essai « Petite Poucette », qui connait un véritable succès, suite à la vente de 270 000 exemplaires en France.

Dans son livre, « Petite Poucette » est le surnom que l’auteur donne à la nouvelle génération qui tape leur SMS avec leurs pouces. Michel Serres nous parle de l’évolution de la société qui a été impactée par le numérique. Il compare le monde d’aujourd’hui avec le monde d’avant pour nous faire prendre conscience de la manière dont notre société a évolué.

Cet essai est partagé en trois parties. Il commence par décrire la génération dite « Petite Poucette ». Puis continue sur le thème de l’école, et se termine sur la société.

Contexte de l’essai « Petite Poucette »

Dans son livre, Michel Serres parle de la troisième révolution de la société occidentale. Avec l’avènement des nouvelles technologies qui ont bouleversé les enjeux politiques et sociaux et les relations entre les individus. Ses évolutions poussent les jeunes vont tout réinventer.

L’auteur dénonce donc les nouvelles générations accrochées à leurs outils numériques, « Petite Poucette » est cette nouvelle société qui a besoin de ses doigts autrement appelé ses pouces pour pouvoir utiliser son outil digital. C’est donc ainsi qui nomme cette nouvelle génération « Petite Poucette ».

Ce livre met en lumière :

  • Une jeune génération qui tient le monde à portée de pouce grâce à la vitesse à laquelle est frappé un SMS,
  • La révolution du partage engendré par la montée en puissance des réseaux sociaux : apprendre à communiquer virtuellement
  • La « Petite Poucette » qui réinvente un nouveau monde ou invente de nouvelles technologies

Il dresse un inventaire adapté aux adultes qui ne comprennent pas la transformation numérique qui s’est opérée et explique que les jeunes sont bien placés pour prendre en charge cette nouvelle ère.

Michel Serres met l’accent sur la peur du changement, la difficulté de suivre la société et le manque de connaissances sur la façon de briser les normes et les coutumes pour l’ancienne génération. Et il s’interroge aussi sur l’avenir de diverses disciplines, dont l’éducation, la pédagogie et la société.

Michel Serres n’est nullement pessimiste quant à l’avenir de cette génération parce que les enfants du numérique ont davantage accès à l’information, aux connaissances, aux savoirs et aux personnes. Les nouvelles technologies permettent à la planète, à l’humanité et la culture accessibles à tous. Pour lui, c’est un changement dans la manière dont nous utilisons notre cerveau, et les nouvelles technologies révèlent de nouvelles capacités. Et selon lui, il n’est autre que « le grand défi de l’Occident » que de s’adapter au monde qu’il a créé.

Mon avis sur livre « Petite Poucette » de Michel Serres

Quand j’ai commencé à le lire, j’appréhendais que les termes soient un peu trop techniques et compliqués. Néanmoins, cet ouvrage est concis et très facile à lire. De plus, il traite de concepts accessibles à tous et il est remplit de références anecdotiques littéraires, historiques, religieuses et même politiques.

Bien que ce livre ait été écrit en 2012, l’idéologie reste d’actualité.

En seulement 5 pages, l’auteur vous emmène avec intelligence dans sa vision optimiste de l’usage du digital.