Webinar sur la suppression des cookies tiers 

 

La suppression des cookies tiers est un enjeu pour les entreprises. Depuis les nombreuses réglementations les annonceurs doivent mettre en conformité l’ensemble des données récoltées. Le 31 mars, Ad’s Up Consulting, Didomi et Shine se sont retrouvés pour échanger sur le sujet suivant : Consentement, cookies & Privacy : Comment conformer votre acquisition digitale aux nouveaux enjeux ?

Pour animer cet évènement trois experts du digital sont intervenus :

 

Etienne Ginoux, Co-head of Social Ads (Ad’s Up Consulting)

Bryan Blanchot, Growth Marketer (Shine)

Charlotte Perrin, Director of Customer Success (Didomi)

 

Au programme :

1- Comment assurer la mise en conformité de vos données

2 – Comment être plus performant dans ses actions et obtenir un bon taux de consentement ?

3 – Comment faire des choix raisonnés et limiter son nombre de répétitions ?

4 – Quel est l’impact du paid sur les audiences ?

 

Didomi est leader sur le marché et met en avant trois solutions pour améliorer le taux de consentement :

 

Dans un premier temps « Consent Management Platform », à travers cette solution, ils aident les clients à gérer les consentements. La seconde possibilité est les centres de préférences, les utilisateurs peuvent dire les éléments/produits qu’ils souhaitent avoir dans les publicités et à quelle fréquence ils veulent les recevoir. Didomi s’intègre dans l’écosystème de ses clients avec leurs CRM, DMP ET CDP.

Dans un second temps Charlotte Perrin revient également sur les nouvelles réglementations qui sont apparues depuis quelques années.

En 2018, le règlement général de la protection des données est entré en vigueur. À présent, les utilisateurs ont plus de contrôle sur leurs données. Puis en 2020, l’ensemble des usages liés aux traceurs doit être présenté à l’utilisateur. Il peut ensuite décider d’accepter ou de refuser. Un site doit redemander l’accord au bout d’un an.

Avant le taux de consentement était de 95%/100% et depuis les recommandations il y a eu une baisse, le consentement est d’environ 75% en moyenne.

4 types de bannière cookie :

 

Les bannières éducatives : Lorsque l’internaute refuse les cookies, une nouvelle bannière apparaît pour essayer de récolter les données en expliquant à l’utilisateur pourquoi les données sont collectées.

Paywall : Un pop in apparaît après le refus pour s’abonner aux contenus ou pour accepter l’ensemble des cookies.

Position du lien dans la bannière : Des AB Test sont menés pour connaître l’emplacement du bouton qui fonctionne le mieux et qui récolte le taux de consentement le plus important.

Capitaliser sur les données first-party : Dans le cas où l’utilisateur refuse un pop in apparaît pour proposer des abonnements ou permettre à l’utilisateur de créer un compte. L’entreprise récoltera des données telles que l’e-mail, le numéro de téléphone dans certains cas etc.

Étude de cas Shine

 

L’équipe design et produit de Shine souhaitaient créer une bannière qui soit à l’image de Shine. Ils souhaitaient maximiser leur taux de consentement. La bannière cookie est la première interaction avec la marque il est important qu’elle soit bien réalisée.

Après de nombreux tests, Didomi préconise de mettre le bouton « continuer sans accepter » plutôt que le bouton « refuser ». En effet, les performances sont meilleures dans le cas de Shine.

Résultat : le taux de consentement est très satisfaisant et au-dessus de la moyenne française pour cette entreprise.

En ce qui concerne le média, Etienne Ginoux préconise d’installer l’API Conversion pour suivre les données server to server. La perte de données est moins importante.

Quel avenir pour l’écosystème digital ?

Contrairement à 2018, nous nous dirigeons vers l’automatisation des régies et des audiences qui sont plus larges. De plus la création est de plus en plus importante et représente 50% de la réussite d’une campagne. Le message doit être adapté et personnalisé en fonction de l’audience ciblée.

En effet, la partie créative s’accélère et des nouveaux formats sont apparus :

 

  • User generated content : Reprendre les codes des plateformes qui sont utilisés sur la partie organique pour que l’internaute retrouve un contenu plus authentique et qu’il pense que c’est un contenu natif plutôt qu’une publicité.
  • Avis contenu : Les internautes se rendent souvent sur Google ou sur des sites pour avoir des avis. Il est important de l’intégrer à la création pour réassurer l’internaute sur nos produits/services.
  • Motion design : Permet d’avoir un contenu innovant et qui change par rapport à la concurrence.
  • Appel via USP : Trouver les avantages que nos produits/services ont par rapport aux concurrents et mettre en avant pour se démarquer des autres acteurs.

Le digital est une industrie qui évolue très rapidement, il faut suivre les tendances et les réglementations.

Pour regarder le webinar dans son intégralité cliquer sur le lien : https://www.youtube.com/watch?v=ZD67xIRUFkY&t=1085s