Euro Numérique : un futur proche

Suite au développement et à la multiplication des crypto-monnaies autour du monde, certaines banques centrales suivent le mouvement. La Chine développe depuis quelques années le Digital Currency Electronic Payment (DCEP), plus connu sous le nom de Yuan Numérique. En octobre 2020, la Banque Centrale Européenne donne le coup d’envoi d’une consultation publique sur la création d’un Euro Numérique. Plus récemment, les résultats de cette enquête ont été dévoilés. Mais que sait-on de ce projet ?

Euro-Numerique

Qu’est-ce que l’Euro Numérique ?

L’Euro, devise officielle dans l’ensemble des pays de la zone euro, existe sous deux formes reconnues. La première est la monnaie fiduciaire. Il s’agit des pièces et billets de banque. La seconde est la monnaie scripturale, soit l’argent qui circule par simple jeu d’écriture au sein des banques. C’est grâce à ce format que l’on peut réaliser des virements et paiements par chèques ou carte bancaire.

Mais la dématérialisation de la monnaie va plus loin que cela. Nous avons connu l’apparition de crypto-monnaies tel que le Bitcoin en 2009. L’Euro Numérique appartient donc à cette troisième catégorie, soit la monnaie électronique. Contrairement au Bitcoin, l’Euro Numérique est rattaché à une devise de référence (l’Euro) et constitue une réserve de valeur. Cette valeur monétaire est stockée sur un serveur à distance (compte en ligne) ou sur un support électronique (smartphone). L’Euro Numérique serait émis par la Banque Centrale Européenne (BCE) et s’ajouterait aux autres solutions de paiement existantes.

 

Pourquoi créer une nouvelle monnaie ?

Selon la BCE, l’Euro Numérique s’inscrit dans un mouvement de numérisation de l’économie européenne qui stimulerait l’innovation dans le domaine des paiements de détail. De plus, le développement des monnaies électroniques telles que Libra de Facebook met en péril la souveraineté des devises officielles.

 Le « lancement, à l’échelle internationale, de moyens de paiement privés qui soulèveraient des questions prudentielles et menaceraient la stabilité financière et la protection des consommateurs », relève la BCE.

Il s’agit donc  d’évoluer avec son temps en répondant aux besoins de la population. En effet, force est de constater la forte diminution du recours aux espèces dans la zone euro. S’ajoute à cela, le contexte sanitaire actuel qui incite d’autant plus aux paiements dématérialisés. Enfin, la Banque Centrale Européenne estime que l’Euro Numérique pourrait « atténuer les répercutions » d’évènements extraordinaires (telle qu’une pandémie mondiale). Ceux-ci affectent généralement les services de paiement.

 

Quand l’Euro Numérique pourrait-il voir le jour ?

Bien qu’aucune date officielle n’ait été fixée, Christine Lagarde, présidente de la BCE, a dévoilé que l’Euro Numérique serait peut-être une réalité d’ici l’année 2026. Cette annonce fait suite à la remise des résultats d’une consultation publique sur la création d’un Euro Numérique. Dans le cadre d’un questionnaire en ligne, les particuliers et professionnels ont pu soumettre leurs propositions sur les fonctionnalités du futur dispositif. Ainsi, la BCE a comptabilisé un total de 8221 participants.