Les dates clés du mobile, de Martin Cooper à Steve Jobs

Le 3 avril 1973, Martin Cooper, ingénieur à la tête d’une équipe travaillant sur les technologies des communications chez Motorola, appelle son concurrent direct, Joel Engel de Bell Labs en lui annonçant que l’appel provient d’un téléphone mobile. Voila déjà 44 ans que le mobile existe!

Il y a dix ans, le 9 janvier 2007, Steve Jobs lève le voile sur l’Iphone et déclenche à cette instant (et paradoxalement) le déclin de la fonction « téléphone ». Le mobile est internet, internet devient mobile. Le mobile devient java enabled, dispose de plusieurs giga de mémoire, d’un écran HD, d’un GPS et d’un appareil photo de bonne qualité.
Une récente étude du Journal Du Net confirme que la première motivation d’achat d’un smartphone est l’ accès à Internet, Steve Jobs avait vu juste.

La consommation du mobile et ses datas

Aujourd’hui 6,587 milliards de personnes possèdent une carte sim. Ce qui représente un taux de pénétration de 93,5% sur l’ensemble de la population mondiale. En mars 2016, la France a atteint un taux de pénétration de 108% selon l’autorité de la régularisation des communications électroniques et des postes (ARCEP).
De surcroit, la consommation de datas mobiles augmente de façon exponentielle, elle était de 1,2 Exabytes par mois en 2013 contre 11,2 exabytes par moi aujourd’hui. La firme Cisco l’avait déjà prédit en 2014, nous pouvons alors supposer qu’il en sera de même concernant ses prévisions pour 2019 : une consommation de données estimée à 23,4 exabytes par mois (soit 25 125 558 681,6 gigabytes!)

Le mobile n’échappe pas à la loi de Moore

Pour rappel, Gordon E.Moore, l’un des trois fondateurs d’Intel annonce en 1965 dans le magazine Electronics que la puissance de calcul des microprocesseurs double tous les dix huit mois, c’est ce qui caractérise essentiellement aujourd’hui ce qu’est la loi de Moore

Même si l’on observe une certaine décélération de cette prédiction, vous déduirez que votre dernier smartphone est déjà obsolète, bien qu’il aurait pu faire décoller Apollo 12 le 14 novembre 1969.
Nous devons nous attendre à ce que la capacité de calcul des microprocesseur en 2020 aura atteint celle d’un cerveau humain, celle de l’ensemble de l’humanité en 2060.

Le boom du marché des apps mobiles

Le lancement de l’App Store en 2008 est l’origine de la révolution des apps. Au début de l’année 2016, App Annie révèle les résultats d’une longue étude sur les applications mobiles. A l’issu de cette étude, le constat est clair: le marché des apps mobiles génère une croissance explosive.

Un chiffre d’affaire qui dépassera les 100 milliards de dollars en 2020

En 2015, l’Appstore et le Play Store ont généré 41,1 milliards de dollars. Les prévisions pour 2020 annonce un plus qu’un doublement de ce montant pour un CA qui atteindra les 101milliards de dollars.

Toujours plus de téléchargements et un potentiel de croissance majeur pour la zone Asie-Pacifique

Le volume de téléchargement en 2015 était de 111,2 milliards, App Annie annonce que 284 milliards d’apps seront téléchargés en 2020. 
La Chine représente aujourd’hui environ 33% des téléchargements d’applications mobiles, une tendance confirmée par l’arrivée massive de la zone Asie Pacifique (APAC) sur le marché du mobile qui prendra le lead d’ici 2020 avec plus de 162 milliard de téléchargements et 57 milliards de dollars de revenus.

IOS vs Android : la guerre continue sur le marché des applications mobiles

Bien qu’Apple soit à l’origine du marché des applications mobiles, Google et ses partenaires reprennent progressivement du terrain et continue de croquer des parts de marché à la pomme.

Une tendance à retenir pour le mobile: L’Afrique et le mobile banking

On estime que 9 adultes sur 10 utiliseront des app de digital banking à la fin de l’année 2018. Malgré le fort de lobbying des services de cartes bancaires, les méthode de mPayment se démocratise, le lancement de l’Apple Pay le confirme.
Cette méthode de paiement représente l’ensemble des transactions effectuées depuis un téléphone mobile et débitées soit :
sur la carte bancaire, sur la facture de l’opérateur, sur un porte monnaie électronique, sur le compte bancaire, en pré paiement.

Loin de la Silicon Valley: l’Afrique et M-PESA

Gilles Babinet, Digital Champion de la France auprès de la Commission Européenne et également entrepreneur et co-fondateur d’Africa4tech,  souligne une corrélation entre l’augmentation exponentielle du PIB par habitant Africain et l’explosion des télécommunications accentuée par l’arrivée des smartphones en 2005.
La banque mobile M-Pesa est utilisée à ce jour par plus  50% de la population du Kenya soit 22 millions d’habitant. Cette utilisation massive du mobile banking en Afrique favorise le développement économique.

En effet d’un point de vue macro-économique, la formalisation de l’économie permet à la banque centrale d’emprunter de l’argent sur les marchés internationaux à des taux bas afin de le reverser dans l’économie réelle. De surcroit, d’un point de vue micro-économique, l’argent électronique circule mieux et favorise les échanges, la création de valeurs et d’activités.

Aujourd’hui 1/3 de la croissance du Kenya est liée à M-PESA.

Jonathan Lebon