Etudier la transformation digitale du terrorisme

Le terrorisme est un vaste sujet qui fait beaucoup parler suite aux nombreuses attaques commises par les organisations terroristes. Mais le terrorisme qu’est-ce que c’est exactement ?

Le terme « terrorisme » est attesté pour la première fois en 1794. Il désigne « la doctrine des partisans de la Terreur ». A cette époque, le terrorisme est associé à une action de l’Etat. Il correspond à un exercice du pouvoir qui mène une lutte intense et violente envers les contre révolutionnaires.

Mais, dès le début du XIXème siècle, le terme prend une tout autre tournure! En effet, il traduit non plus une action de l’Etat mais une action contre celui-ci (c’est le début des prises d’otage commises par l’Empire Ottoman).

 

Le terme « terrorisme » est fréquemment employé en droit international mais aucune définition universelle n’existe. Cependant, L’Assemblée générale des Nations Unies considère le terrorisme comme suit :

« Les actes criminels qui, à des fins politiques, sont conçus ou calculés pour provoquer la terreur dans le public, un groupe de personnes ou chez des particuliers sont injustifiables en toutes circonstances et quels que soient les motifs de nature politique, philosophique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ou autre que l’on puisse invoquer pour les justifier ».

 

Et si l’on regardait le terrorisme sous l’angle d’une marque ?

C’est le pari que s’est lancé cinq étudiants du MBADMB : étudier le terrorisme comme une marque mais surtout analyser la transformation digitale de celui-ci.

 

Nous nous sommes concentrés sur le terrorisme organisé (pratiqué par un groupe de personnes qui mènent des actions ciblées pour délivrer un message). Les groupes terroristes sont identifiables et suivent une hiérarchie. C’est pourquoi, nous avons fait le choix d’établir une analogie entre le terrorisme et les marques. En effet, les marques sont définies comme ayant « un signe distinctif qui permet au consommateur de distinguer le produit ou service de l’entreprise de ceux proposés par les entreprises concurrentes ».

 

Les groupes terroristes sur lesquels nous nous sommes penchés (Boko Haram, Al Qaïda et Daesh), possèdent telle une marque, un nom, un logo et un message qui diffère d’une organisation à une autre, et qui sont véhiculés par des actions et des moyens de communication qui peuvent varier.

 

Selon François Bernard Huyghes « le terrorisme au sens moderne naît avec les médias modernes ». Sous le prisme des médias et des moyens de communication dont l’apparition d’Internet, nous avons tenter de répondre à la problématique : Dans quelle mesure la présence des groupes terroristes a changé au cours des vingt dernières années avec l’apparition d’Internet, et ce à quoi elle pourrait ressembler ?

Retrouvez prochainement notre dossier sur la transformation digitale du terrorisme. Pour vous faire patienter, vous pouvez visionner la vidéo ci-dessous.