Rencontre et discussion autour des secteurs de la presse et de la cosmétiques confrontés aux changements avec Aurélia Celante.

Rencontre et discussion autour des secteurs de la presse et de la cosmétiques confrontés aux changements avec Aurélia Celante. 

La cosmétique est un milieu diversifié, aux nombreux aspects et métiers. Elle concerne tous les produits d’hygiène utilisés à des fins superficielles, que ce soit pour le corps, les cheveux, les ongles, la peau. Les cosmétiques répondent à un questionnement, une envie : la recherche du bien-être. « Soigner son apparence, veiller à son hygiène, prendre soin de son corps font partie des préoccupations humaines depuis les origines » analyse le manifeste de la fédération des entreprises de la beauté (FEBEA). 

En ce qui concerne le milieu médiatique, c’est un secteur essentiel en termes d’information publique. Les médias diffèrent : presse écrite, presse web, radio, journal télévisé, podcasts… et les métiers également : journaliste, reporter, rédacteur, chroniqueur, attaché de presse et bien d’autres encore. Ce secteur d’activité est en pleine mutation. Les changements de la société, de la consommation, de la recherche d’informations, de la technologie mettent à mal la presse écrite. 

L’adaptabilité et les évolutions sont constantes dans ces deux domaines. Il est impossible de dire précisément et avec certitude comment évolueront-ils et comment fonctionneront-ils d’ici cinq ou dix ans mais nous pouvons en débattre et c’est ce que j’ai eu l’occasion de faire en compagnie de Aurélia Celante, Attachée de presse beauté. 

Bonjour, je vous laisse dans un premier temps vous présenter, qui êtes-vous et quel est votre métier ? 

Bonjour, je suis Aurelia Celante, je suis Attachée de presse beauté et cela fait plus d’an et demi que je suis employée au sein de l’agence Grenadine RP. 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler dans le secteur de la presse ? 

L’écriture. En effectuant mon premier stage j’ai découvert le potentiel de ce monde, j’ai adoré puisque c’est beaucoup de relationnel, de rédactionnel, de stratégie, de réflexion, ce métier mêle beaucoup de domaine que j’affectionne. 

Quel a été le plus gros changement que vous avez pu remarquer au sein du secteur de la presse depuis que ce secteur vous intéresse ? 

L’arrivée des nouveaux médias. Ce qui a changé c’est l’attente des consommateurs. Les journalistes nous contactent pour des besoins qui plaisent aux consommateurs ainsi indirectement nous devons plaire aux consommateurs. Mais avec l’immédiateté des réseaux sociaux on est obligé d’avoir des points de vue différents qui ne seraient pas intéressants de prime abord. Nous devons proposer des produits en symbiose avec les tendances sur le moment des réseaux, aux buzz, et qui plaira aux journalistes. Donc la veille des réseaux sociaux est obligatoire. 

D’après vous, la presse web est-elle un frein ou un allié pour l’avenir de la presse écrite ? 

Tout dépend du journaliste et du public. Le web permet de relayer sur les réseaux. Mais parfois les articles peuvent être sorti de leur contexte et entrainer des fakes news. Une bonne utilisation de la presse web est importante pour qu’elle ne nuise pas à la presse écrite. 

Pensez-vous que la presse écrite peut disparaitre dans son entièreté ? 

Non, car la presse écrite à une expertise qui s’est établie depuis des années et malgré l’émergence des réseaux sociaux elle reste sur le devant de la scène du fait qu’elle est écrite par des experts, des journalistes dont on a une foi plus élevée qu’une influenceuse ou une autre personne qui nous ressemble et à laquelle on peut s’identifier.

jean-paul-marat

Si voulez continuer à vous informer sur la presse écrite vs la presse digitale :

https://theconversation.com/la-digitalisation-de-la-presse-ecrite-quelles-consequences-sur-lexperience-des-lecteurs-178093