Catégories
Entreprendre French Tech Non classé

Qu’est ce que la French Tech ? On vous explique tout.

Qu’est-ce que la French Tech ?

augmenter son taux d'engagement

Le 27 novembre 2013, le gouvernement de François Hollande a décidé de lancer une initiative baptisée « La French Tech ». Dirigée par le ministère de l’Économie, cette action a pour but premier de rassembler les acteurs de l’innovation au sein des grandes métropoles, afin de structurer l’écosystème startup français.

Destinée à faire de la France une « startup nation » cette initiative est devenue au fil des années une véritable communauté. C’est aussi devenu une marque de qualité utilisable par les startups françaises à l’étranger. Son objectif est triple : fédérer, accélérer et rayonner. Créer un réseau de métropoles pour former un écosystème français.

La French Tech est inspirée de la réussite du cluster industriel de la Silicon Valley. Elle est avant tout une action qui veut catalyser la compétitivité des régions. Elle rassemble des acteurs locaux de l’innovation autour d’un projet commun. Ainsi dès 2014, l’État a décerné des labels « French Tech » à neuf métropoles : Lille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Aix-Marseille, Grenoble, Nantes, Rennes et Montpellier. Ces villes ont été ensuite rejointes en 2015 par Brest et les régions Normandie, Lorraine et Côte d’Azur.

En identifiant ces métropoles à travers ce label, l’État met des outils à la disposition des startups. Ces outils leur permettent de se développer et de profiter des mêmes avantages que les startups parisiennes. Que ce soit en matière d’accès aux subventions et au financement. Par ailleurs, la création de ces labels permet aussi de créer un réseau entre les acteurs de l’innovation à l’intérieur de chaque métropole où startups, investisseurs et pouvoirs publics peuvent se rencontrer plus aisément.

Des outils au service des startups

Le deuxième volet du plan met en place des outils permettant aux startups de se développer dans de meilleures conditions. Parmi eux, les bourses French Tech : des subventions allant jusqu’à 45000 € décernées par la BPI. L’État, à travers la BPI, a aussi créé un Pass French Tech, une sorte de « ligue des champions » des meilleures startups (celles en hyper-croissance), qui donne des accès privilégiés à ses membres en matière de financement et de médiatisation.

Enfin de façon plus générale, l’outil majeur de la French Tech est la force de frappe financière de la BPI. À travers ses fonds dédiés à l’innovation, la Banque Publique d’Investissement investit massivement dans les startups des métropoles labellisées French Tech.

Faire rayonner la marque French Tech dans le monde

Après avoir rassemblé les acteurs de l’innovation pour accélérer la croissance des startups, l’ultime objectif de la French Tech est de faire rayonner ces sociétés dans le monde. Pour cela, des French Tech Hubs ont été ouverts dans plusieurs villes mondiales. Ces bureaux étant des portes d’entrée sur le marché américain, européen et asiatique pour les startups françaises. 

Devenue une véritable marque mondiale dans l’innovation, l’initiative porte peu à peu ses fruits pour faire de l’écosystème français une référence mondiale. Travailler pour une startup était hier synonyme de précarité et de salaire bas. Aujourd’hui, l’État et les acteurs du privé ont réussi à créer un cadre de prospérité pour ces jeunes entreprises qui ont besoin chaque jour de nouveaux talents pour innover et se développer.

Laisser un commentaire