Le sport est devenu une énorme machine économique. Du niveau amateur au niveau professionnel, l’économie du sport génère environ 2% du PIB mondial selon le CESE. Le tennis quant-à lui représente en France, un marché de 131 millions d’euros en 2017. Avec plus de 40% des français qui déclare regarder Roland Garros, il est intéressant de voir les évolutions de ce sport avec les nouvelles technologies.

Le Hawk-eyes pour une meilleure précision

La première nouveauté technologique introduite sur les courts de tennis fut le système de tracking vidéo Hawk-Eyes. “Oeil du faucon” en anglais, mais aussi du nom de son créateur Paul Hawkins, il intègre les courts en 2006 à l’occasion du master de Miami. Cette technologie, repose sur des images de synthèse qui dessinent le tracé et l’impact quasi exact de la balle. Avec une précision de 3 millimètres contre 2 centimètres pour l’oeil humain, le système offre la garantie quasi certaine d’un bon jugement.

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2020/01/Hawk-eyes-scaled.jpg

La raquette connectée

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2020/01/Nadal_Babolat_Play1.jpg

Apparaissent ensuite les objets connectés dans le tennis, notamment, la raquette connectée. Collecter et enregistrer les performances est devenu indispensable pour les athlètes. Babolat a lancé en 2014 la première raquette connectée, capable d’enregistrer les données d’un joueur et de les envoyer à son application Babolat Play. Ainsi, la puissance ou l’angle de frappe, le nombre de coups droits/revers ou services ou encore la zone d’impact sur le terrain peuvent-être analysés. Ces données sont précieuses pour les entraîneurs comme pour les joueurs, permettant ainsi de se concentrer sur les points faibles des sportifs. L’espagnol, Raphael Nadal fut le premier joueur à remporter un Grand Chelem avec une raquette connectée, lors de son dixième sacre à Roland Garros en 2017.

La data pour de nouvelles expériences

Toujours dans un but d’analyse de données, Roland Garros a annoncé en 2019 son partenariat digital avec Infosys, pour une durée de 3 ans. L’entreprise propose d’enrichir le tournois en offrant aux spectateurs, aux joueurs et au entraîneurs de nouveaux services au travers de l’intelligence artificielle, la big data et l’analyse de données. Les données récoltées au cours des trente dernières années et celles du match, croisées avec l’intelligence artificielle donnent accès en temps réel à une multitude d’information sur le match ou le joueur.

A ce sujet, Infosys a déployé l’application “MatchBeats” lors de l’Open d’Australie 2019, permettant aux fans de suivre le match d’une nouvelle façon, à travers des données et des statistiques.

Le master Next Gen

Cependant, avec l’arrivée des nouvelles technologies, l’ATP a du repenser le tennis. Un tennis plus connecté pour correspondre aux futures têtes d’affiches. C’est ainsi qu’est apparu en 2017 le Master “Next Gen”. Cette compétition réunit les 8 meilleurs espoirs du tennis mondial de moins de 22 ans. Ce tournois permet à la fois d’assurer la relève au tennis, mais également d’expérimenter de nouvelles règles :

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2020/01/next-gen-master.jpg

  • Le format des matchs est revu : moins de set, no let, no ad … pour rendre plus dynamiques les matchs
  • Les juges de lignes sont remplacés par la technologie
  • Possibilité pour les joueurs de voir leurs statistiques sur tablette à la fin d’un set et d’échanger avec leur coach via un casque pour voir quelle stratégie adopter.
  • La “shot clock” : compte à rebours numérique, pour décompter le temps pris par le joueur au service, de façon à ne pas dépasser les 25 secondes réglementaires.