L’apparition du virus a surpris tout le monde et a bousculé nos habitudes de consommation. Ce changement a eu un impact important sur l’économie française et même internationale. Lors d’une période de crise comme celle que nous vivons, le marketing d’influence peut apparaître comme une réponse de communication pour certaines entreprises et institutions. Le marketing d’influence peut aider ces dernières à s’adapter et à passer cette crise économique un peu plus facilement.

La crise sanitaire actuelle commence à avoir des répercussions multiples au niveau de l’offre et de la demande, mais également du comportement des consommateurs.

Elle pose de nombreux défis aux entreprises qui doivent repenser leur activité, leur façon de travailler et de communiquer. Les salons et les événements s’annulent les uns après les autres et on assiste à l’expansion du télétravail. Les consommateurs, confinés chez eux, se tournent en grand nombre vers le digital. Il devient alors nécessaire pour beaucoup d’entreprises, d’adapter leur stratégie de communication.

Aujourd’hui, c’est l’occasion pour ces entreprises de se tourner vers de nouveaux leviers de conversion et d’engagement, comme le marketing d’influence. Si certaines entreprises utilisent déjà ce levier, il sera alors important de l’accentuer.

L’impact de la crise sanitaire

Les budgets serrés ralentissent le marketing d’influence

La plateforme de marketing Socialbakers, dédiée aux réseaux sociaux dévoile dans son rapport State of Influencer Marketing l’impact de la pandémie du COVID-19 sur l’industrie des influenceurs ces derniers mois.

Ces données montrent une chute significative de la quantité de contenu sponsorisé sur Instagram, ainsi que du nombre de marques s’associant aux influenceurs. En avril 2020, le nombre d’influenceurs sur Instagram postant du contenu sponsorisé avec le #ad a diminué de 30% par rapport à avril 2019. Cette diminution d’utilisation du #ad est probablement liée à la crise sanitaire. L’étude montre également une chute de 37% du nombre de marques coopérant avec des influenceurs Instagram, sur la même période (avril 2019 – avril 2020).

Les nano influenceurs pour des campagnes peu coûteuses

En avril 2020, 33,3% de tous les influenceurs présents sur le réseaux social Instagram travaillant avec des marques, étaient des nano influenceurs. Ces derniers représentent également 31,9% de tous les posts contenant le #ad. C’est le pourcentage le plus élevé depuis juin 2019. De toutes les collaborations analysées par Socialblakes, près de 94% étaient des micro-influenceurs avec moins de 100 000 abonnés. Cela montre bien que les marques sont convaincues que les campagnes réalisées avec des influenceurs plus petits ont un réel impact positif. Ces derniers ont souvent un meilleur taux d’engagement, sont plus authentiques et proches de leur public réel.

Certains secteurs d’activité privilégiés

Même si les dernières données évoquées sont à la baisse, certains acteurs ont recours au marketing d’influence, qui demeure très performant. Dans un contexte particulier avec cette crise sanitaire, le secteur de la santé est évidemment concerné, en première position, avec une efficacité d’influence multipliée par 4,2. Les domaines de la finance viennent ensuite avec une efficacité multipliée par 3,9, puis les télécommunication (3,8) et l’hébergement (2,7). A contrario, les industries et l’automobile sont des secteurs d’activités durement touchés par la crise avec une perte d’efficacité en termes de marketing d’influence déterminée à x0,6. Ces secteurs ont bien eu du mal à prendre le pli des partenariats efficaces, avec les micro-influenceurs notamment.

En parallèle des secteurs les moins touchés par la crise, d’autres structures se rendent visible grâce à leur stratégie d’influence. C’est notamment le cas des petites entreprises ayant un budget limité, qui ont compris l’intérêt de s’associer aux influenceurs pour leur présence en ligne. Sur les derniers mois, ce sont elles qui ont fait preuve d’une grande efficacité dans leur stratégie d’influence.