Par Emmanuel Vivier (https://hubinstitute.com/2020/DigitalHealth/transformation/tendances-acceleration-transformation-digitale-sante)

Le digital est aujourd’hui plus que jamais un acteur en plein essor tout domaine confondu. 

Le secteur de la santé n’est pas laissé pour compte et se développe de plus en plus en suivant ce modèle. 

Emmanuel vivier, Cofondateur du HUB Institute et de la conférence HUBFORUM, reconnu comme l’un des experts internationaux de la transformation numérique et du marketing digital à écris un article sur la transformation digitale en santé et c’est cet article que nous allons analyser ensemble aujourd’hui. 

Dans son article paru le 5 mars 2020, sur le site du Hub Institute, https://hubinstitute.com/2020/DigitalHealth/transformation/tendances-acceleration-transformation-digitale-sante,

Emmanuel décrit tout d’abord les enjeux du système de santé qui est aujourd’hui fragmenté et « à l’opposé des attentes de personnalisation et de proximité des patients » du fait d’une part de la pression financière liée à la dette du pays et d’autre part d’une mauvaise digitalisation des données des patients.

Le nombre de désert médicaux s’intensifie et de nombreuses officines ont vues leurs portes se fermer depuis les dix dernières années. 

les acteurs traditionnels du secteur de la santé doivent aujourd’hui se préparer à accueillir de nouveaux processus et à accélérer leur transformation, pour répondre au mieux aux demandes des patients.

En effet, de nouveaux outils digitaux ont été mis en place tel que le télésoin, la télémédecine, la téléexpertise et bien d’autre, afin de rendre accessible le parcours de soin mais aussi de digitaliser tous les process originels.

De nouveaux enjeux ont été établis dans le domaine de la santé, le rôle des entreprises de ce domaine n’est plus seulement de traiter les patients et les pathologies, il est maintenant de renforcer son rôle en matière de prédiction mais aussi celui en matière de prévention, encore aujourd’hui trop peu développer.

« De nombreux progrès en matière de capteurs, d’IoT (Internet des objets), de connectivité, de stockage de la donnée, d’exploitation et d’analyse de la data avec l’intelligence artificielle, ont été observés dernièrement et cela devrait accélérer la tendance. »

Ces progrès se sont révélés particulièrement utiles notamment dans la surveillance post-opératoire mais également dans le suivi des patients souffrants de maladies chroniques.

L’utilisation du téléphone en santé est aujourd’hui un point important du secteur, en effet

« Le smartphone devient l’interface « user friendly » de certains appareils médicaux ».

Dans un objectif de digitalisation des process médicaux, du suivi des patients et d’une communication simplifiée entre patients, médecins et professionnels de santé, « On peut imaginer que la donnée soit enfin libérée et partageable (avec contrôle et sécurisation) entre le patient, le médecin, l’hôpital, le pharmacien, l’assurance de santé, la mutuelle… pour un suivi plus personnalisé, plus réactif, plus efficace et moins coûteux. »

Malgré une appréhension conséquente de la part des laboratores pharmaceutiques quant aux différents outils digitaux, ils voient aujourd’hui de nombreux avantages à cette digitalisation.

Bien que cette digitalisation commence à être en place dans de nombreux laboratoires et s’inclue dans les différents procédés, la vitesse, les moyens et l’intensité restent encore trop limités par rapport aux nombreux défis en cours.

« En parallèle cette transformation est rendue complexe de part un écosystème subtil des nombreux acteurs de la santé : privé & public, médecins, hôpitaux, cliniques, sécurité sociale, praticiens, spécialistes, pharmaciens, assurances, mutuelles », En effet, au vu de la difficulté qu’est transformer un laboratoire il en est d’autant plus de transformer un pays entier sans parler d’une vision internationale au vu de la diversité de pratiques, de systèmes et de maturité.

Dans son article, Emmanuel dénonce également que la nécessité de protection de la donnée privée est une valeur très importante quant aux données des patients bien qu’elle « permettrait d’accélérer les essais cliniques et l’innovation ». L’idée serait alors « tout unifier autour d’une expérience patient avec un collectif (les fameuses communautés professionnelles territoriales de santé) à son service. »

La digitalisation est un outil en vogue et de plus en plus d’acteurs dans le domaine de la santé adoptent la digitalisation comme model afin de faciliter le suivi des patients mais aussi les échanges entre patients, médecins et professionnels de santé. 

Néanmoins la question du financement se pose, en effet la digitalisation dans le domaine de la santé à un cout, bien que la santé soit gratuite et remboursée en France, la e-santé tendrait vers un éventuel « remboursement si on veut voir la prévention vraiment décoller. »

Bien que le digital soit « plus risqué, moins rentable et moins protégeable » le secteur de la santé doit se préparer et développer davantage ces pratiques digitales car c’est un facteur déterminant du monde de demain. 

Chloé Assous. 

https://hubinstitute.com/2020/DigitalHealth/transformation/tendances-acceleration-transformation-digitale-sante