Mon précédent article évoquait en toile de fond, l’un des enjeux clé en e-santé : celui de la sécurisation et la protection des données. Résoudre ce défi amènerait de nombreux bénéfices, dont celui, et non le moindre, de générer de la confiance et de la transparence autour de la donnée. Confiance croisée entre patients et l’ensemble des acteurs de la chaine de soins : Professionnels de santé et institutions. De ce fait, quelle technologie pourrait nous aider à avancer dans ce sens ? D’après les spécialistes du domaine, la blockchain serait l’une des voies d’avenir les plus prometteuses pour répondre à ce défi. En extrapolant l’approche, pourrait on imaginer que la blockchain en santé devienne dans le futur le « chainon manquant » permettant de restituer à chaque individu son bien le plus précieux : SON POUVOIR sur l’usage de ses données personnelles ? Ce serait alors, une vraie révolution…

Avant toute chose, intéressons nous au fonctionnement de la technologie Blockchain et à son parcours utilisateur

« La blockchain (chaine de block) est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle » (définition de Blockchain France). La blockchain peut être assimilée à un grand registre virtuel, anonyme indestructible et infalsifiable.

blockchain BD

Au sein de cette base de données, chaque utilisateur peut écrire librement des informations et les faire vérifier par les autres membres du réseau, sans passer par un organe central de validation. Il s’agit d’un système peer-to-peer qui permet donc de se passer de tiers de confiance ou d’une chaine de décideurs. Le consensus est dit distribué.

chéma-blockchain-Astek Lab

Les données sont cryptées, horodatées et distribuées sur l’ensemble de la chaine, ce qui permet une traçabilité totale. Deux clefs sont nécessaires pour identifier l’utilisateur du service : une clef privée (signature) et une clef publique (vérification) pour la confidentialité.
L’intérêt réside également dans le fait de rendre transparentes et anonymes les transactions. Ces dernières sont consultables, compilables et analysables tout en préservant l’identité de chaque contributeur.
Il existe des blockchains publiques, ouvertes à tous et des blockchains privées dont l’accès et l’utilisation sont réservés à certains.

Parcours utilisateur:

parcours blockchain

Exemple de parcours utilisateur en santé permettant de bien appréhender la portée de la technologie

BLOCKCHAIN EN SANTE

Le décor est planté……

Enquete Digital 2018 Hootsuite & wearesocial2

Si l’un d’entre nous avait encore un doute, ce dernier sera immédiatement levé à la lecture des résultats du dernier rapport digital 2018 réalisé par Hootsuite et We are Digital

Oui, la sécurisation et la protection des données constitue bien la préoccupation majeure actuelle des français dés que l’on évoque la thématique du Digital avec toutes les conséquences que l’on connait…….
En parallèle, le marché de la e-santé reste encore immature et les applications et solutions mobiles peinent à trouver leur place dans notre quotidien de citoyen….

Pourtant 63% des français sont favorables à l’e-santé d’après le sondage Odoxa publié la semaine dernière . Alors quelles sont les raisons de ce décalage entre l’attrait et le niveau d’utilisation réel ?

  • Une méconnaissance des innovations du secteur pour plus de 70% des sondés
  • Une crainte de dérives pour 36% d’entre eux (55% pour les 65 ans et plus)
  • Une volonté de régulation par le secteur public pour permettre un développement efficace et sécurisé pour 65% des sondés

Peut on également se poser légitimement d’autres questions ?

L’offre proposée aujourd’hui (qu’il s’agisse de solutions ou de services), apporte t’elle la proposition de valeur attendue pour les utilisateurs finaux, qu’ils soient patients ou professionnels de santé ?

Disposons nous en tant qu’industriel, de tous les outils permettant de créer le besoin en toute sécurité et transparence…… ?

Y a-t-il intérêt à investiguer cette technologie dans notre domaine pour restaurer cette confiance encore fragile ?

On peut l’imaginer aisément….. meme si la blockchain ne constitue pas la solution « universelle » à tous les maux….

 

Un contexte de développement favorable

D’après le rapport 2018 d’Accenture interactive www.trends.fjordnet.com, elle fait partie des sept tendances  qui devraient façonner la prochaine génération d’expériences et de services…. « La blockchain pourrait générer de la transparence, sécuriser internet, ramener la confiance perdue et reconstruire les relations avec le grand public ».

blockchain 2025

Elle devrait prendre son véritable essor d’ici quelques années et de nombreux pays et institutions semblent déjà miser sur son potentiel .

Tout d’abord l’Estonie, état pionnier dans le domaine.Estonie blockchain 2017
Il constitue le Laboratoire mondial de l’expérimentation de la Blockchain. Après 10 années de recul sur le sujet, les résultats sont très encourageants : 99% des services publics sont désormais accessibles en ligne. Le nombre de services concernés a été multiplié par 15 en 12 ans. Cerise sur le gâteau: Il est même possible d’envoyer un message Whatsapp à son médecin pour lui demander une ordonnance !

La France, se lance dans l’aventure avec un objectif ambitieux : celui de décentraliser pour 2022, grâce à la Blockchain, 100% des démarches administratives tout en accompagnant et en encadrant son développement. Le premier pas a été franchi le 8 décembre dernier en adoptant l’ordonnance permettant par cette technologie, le transfert de propriété de titres financiers. Le décret d’application entrera en vigueur au plus tard le 1er juillet. Cette vélocité permettra peut être de nourrir l’ambition également affichée en santé pour 2022…..

Sans oublier l’Union Européenne. Elle a prévu d’investir 340 millions d’euros d’ici 2020 dans l’exploration de cette technologie et de ses applications potentielles. Cela se fera à travers un projet qui devrait devenir « l’un des référentiels les plus complets au monde de l’expérience et de l’expertise Blockchain ».

Mariya Gabriel, la commissaire à l’économie numérique, s’attend à ce que cette technologie « transforme les modèles économiques dans divers secteurs. Qu’il s’agisse des soins de santé, de l’assurance, de la finance, de l’énergie, de la logistique, de la gestion des droits de propriété intellectuelle…… ou des services publics ».

la-blockchain-une-technologie-rvolutionnaire-pour-nos-clients-8-638

Alors quels usages pour la blockchain en santé ?

Une courte vidéo de BFMTV 

source: https://www.msn.com/es-xl/noticias/watch/la-chronique-digitale-blockchain-et-sant%C3%A9-27-01/vp-BBIluoj

Les principales utilisations trouvent racine dans les enjeux récurrents (non exhaustifs) rencontrés dans l’écosystème de santé à savoir:

  • Protection de l’accès aux données. Qu’il s’agisse d’un simple tracking d’activité ou des résultats d’analyses médicales en passant par le suivi de traitements…Autant de données sensibles et privées qui ne sont pas réellement détenues par le patient lui-même. Elles sont réparties au sein de l’organisation médicale (établissements santé, laboratoires d’analyses, professionnels de santé…) voire centralisées par certaines entreprises privées comme les GAFAMS. Il s’agit donc d’un enjeu bien réel : remettre le patient au centre du processus et lui redonner le contrôle sur ses données.
  • Cybersécurité: pas moins de 112 millions de brèches de sécurité ont été dénombrées aux Etats Unis en 2016 dans les bases de données de santé. Sur les 2 dernières années, ces attaques auraient couté près de 30 milliards de dollars.

Cybersecurité

  • Fraude: le FBI estime que la fraude pour les soins de santé s’élève à 80 milliards de dollars par an aux États-Unis seulement. En France, les fraudes liées par exemple, au régime général approcherait les 245 m€ en 2016 et celles liées aux prestations sociales avoisineraient les 664 millions d’euros.

Fraude regime général

blockchain_real_fake

blockchain_appli

  • L’interopérabilité des systèmes informatiques, des éditeurs de logiciels et des solutions santé. Permettre ainsi une meilleure collaboration et coopération dans la prise en charge du patient. Ce niveau de sécurisation dans les données échangées sera un gage de fiabilité et de développement des services numériques comme le souligne le rapport 2018 de la cour des comptes.

 

Interoperabilité-systèmes

  • Politique de prévention plus ciblée, afin de pouvoir détecter de manière précoce les symptomes de certaines maladies. Cela permettra ainsi une prise en charge anticipée plus efficace pour le patient et plus économique pour le système de santé.

On peut donc facilement imaginer que les cas d’usages envisageables à chaque étape de la chaine de soins, génèrent un bénéfice partagé pour l’ensemble des acteurs… Des patients jusqu’aux autorités de santé en passant par les professionnels de santé , les établissements de soins, les industriels…..

Plusieurs bénéfices : confiance, plus grande fiabilité, partage sécurisé, collaboration optimisée, tracabilité, gain financier (par la diminution des couts )……

Plusieurs applications envisageables : prévention, recherche, développement, commercialisation, logistique, suivi de traitements, expérience en « vraie vie »…

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/02/Blockchain-chaine-de-soins

Frost&sullivan

Des défis majeurs resteront néanmoins à surmonter pour pérenniser l’usage de cette technologie en santé,

– sur le plan technique dans le cadre de la gestion de projets d’envergure pour lesquels la volumétrie des données de santé est immense.

– sur les plans réglementaires et juridiques (utilisation et gestion de la donnée de santé, contrats intelligents). Même si les signaux envoyés par les autorités sur ce sujet restent très positifs, comment cela va t’il se traduire dans les faits ? Comment la blockchain s’intègrera t’elle dans le RGPD qui sera appliqué le 25 mai prochain ? Les frontières existent elles, lorsque l’on parle de Blockchain ?

-sur le versant financier avec des couts d’implémentation qui peuvent être importants si le projet concerne notamment la transformation et l’évolution de systèmes déjà en place.

-et enfin sur les versant opérationnel avec des défis humains de mise en place et pilotage de ce type de projet complexe.

Bien que séduisante et structurante, la technologie blockchain ne peut à elle seule résoudre l’ensemble des problématiques liées à la donnée de santé ….. Il conviendra de déterminer les cas d’usages propres à chaque organisation et prendre le temps de mettre en place une démarche réfléchie,  construite et collaborative en amont du projet afin d’en assurer la réussite opérationnelle.

La Blockchain est elle la solution la plus adaptée pour répondre aux objectifs, enjeux et résultats attendus du projet en question ?, Quels en sont les freins & écueils potentiels ? Quels en sont les bénéfices ? De quelle manière s’implémentera t’elle à l’existant (si il existe…) ? ….Autant de questions auxquelles il est important de réfléchir d’après moi, en amont du projet si l’on souhaite que cette technologie nous livre tout son potentiel et sa valeur ajoutée. La technologie ne fait pas tout, capitalisons sur ce mixte « TH » « Techno- Humain » pour réaliser un projet porteur et plein de sens pour l’entreprise de santé et les utilisateurs.

Nous sommes aux prémices du développement de cette technologie en santé. Il est fort à parier que les prochains mois seront riches en évolutions multiples, tant sur le plan structurel que celui des forces en présence….

Rendez vous en fin d’année pour une analyse dédiée à ces changements et à la visibilité sur l’écosystème de startup et grands groupes qui  s’inscrivent dans cette démarche.

fastcompany.com_

 

blockchain_securite

Online Security Technology