Comment le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le Monde

Pour ce premier article de blog, j’ai décidé de vous présenter une fiche de lecture sur l’ouvrage de Jeremy Rifkin : « La Troisième Révolution Industrielle », aux éditions Babel (oct 2013). « La perspective d’une troisième révolution industrielle est née de la certitude que les grandes révolutions économiques de l’histoire ont lieu lorsque de nouvelles technologies de communication convergent avec de nouveaux systèmes d’énergie ».

Voici ce que l’on appelle la « Troisième Révolution Industrielle »:

L’auteur :

Jeremy Rifkin est originaire de Denver, dans le Colorado. Il est essayiste, conseiller politique et activiste américain, spécialiste de prospective économique et scientifique. A travers le monde, il a conseillé de nombreux chefs d’Etats, parlements, régions, départements, municipalités, groupes d’intérêts et chefs d’entreprises. Il promeut la « Troisième Révolution Industrielle » comme une économie distribuée, collaborative, basée sur cinq piliers indissociables et stratégiques. Elle va, selon lui, transformer en profondeur principalement les rapports sociaux, nos modèles économiques et notre modèle énergétique. Elle est basée sur l’alliance entre le développement des énergies renouvelables et les technologies d’Internet (objets connectés, plateformes d’économie collaborative…).

 

La convergence des innovations :

Les révolutions industrielles ont lieu grâce à l’émergence et la convergence de trois innovations technologiques qui créent, au final, une nouvelle manière d’organiser l’activité économique, proclame Jeremy Rifkin. De quelles innovations s’agit-il ? La première innovation est celle des nouvelles technologies de l’information et de la communication, qui permettent de gérer plus efficacement l’activité économique. La deuxième concerne les nouvelles sources d’énergie qui permettent de mettre en œuvre l’activité économique. Et enfin, la troisième sont les nouveaux moyens de transport qui améliorent la circulation de l’activité économique. Quand ces trois nouvelles technologies convergent, elles changent fondamentalement la manière dont s’articule l’activité économique.

 

Une crise économique sans précédent : la fin de l’ère fossile

La première révolution a pu naître, en Grande Bretagne au 18 è siècle, grâce au développement de la machine à vapeur (avec le charbon) et du télégraphe. La seconde révolution industrielle, aux Etats-Unis au 20 ème siècle, est aussi le résultat de convergence d’innovations dans l’énergie, le transport et la communication, avec la création du téléphone, de la radio, de la télévision, de centrales électriques et du moteur à explosion utilisant le pétrole. Mais, en juillet 2008, un « tremblement de terre économique » a lieu, ayant engendré une grande récession : « en juillet 2008, l’économie mondiale s’est arrêtée. C’est le gigantesque séisme économique qui a marqué le début de la fin de l’ère fossile. L’effondrement du marché financier, soixante jours plus tard, a été la réplique ». Depuis cette date, on assiste au crépuscule de cette 2e révolution industrielle (basée sur les énergies fossiles et des télécommunications centralisées). « La facture entropique des première et deuxième révolutions industrielles arrive à échéance ».

 

Les 5 piliers de la Troisième Révolution Industrielle

 » La jonction de la communication par internet et des énergies renouvelables engendre une troisième révolution industrielle ». Jeremy Rifkin a donc conclu que cette dernière se fonderait sur cinq piliers qui ne sauraient exprimer leur potentiel s’ils ne sont pas bâtis simultanément :

  • Le passage aux énergies renouvelables
  • Immobilier : transformer le parc en micro-centrales énergétiques qui collectent sur site les énergies renouvelables
  • Le déploiement de technologies de stockage comme l’hydrogène pour stocker les énergies intermittentes dans chaque immeuble et dans l’ensemble de l’infrastructure.
  • Utiliser « l’internet de l’énergie », pour transformer le réseau électrique de tous les continents en inter-réseaux de partage. Chacun pourra acheter de l’électricité ou revendre son excédent produit sur site.
  • Le passage aux véhicules électriques, branchables ou à pile à combustible, capables d’acheter et de vendre de l’électricité sur l’internet de l’énergie.

Nous commençons ainsi à voir la convergence des innovations dans les secteurs de l’énergie, de la communication et des transports. Internet, en tant que moyen de communication, converge ainsi vers les énergies renouvelables, produites de manière décentralisée, et de nouveaux modes de transport, sans conducteur et guidés uniquement pas des GPS. Les trois réunis forment ce que l’on appelle l’Internet des Objets.

 

Des objectifs ambitieux

 

De par son expérience, Jeremy Rifkin a constaté que les chefs d’entreprises n’admettaient pas que la seconde révolution industrielle, fondée sur « l’exhumation de grosses quantités de soleil en stock enfoui sous terre », agonisait. Quatre villes mettent en place des programmes de transformation spatiale ou « changement de Gestalt » : Rome, San Antonio, Monaco et Urtrecht (en Hollande).

Rome a, par exemple, pour ambition la refonte de son cœur historique (en espaces verts) et de son quartier résidentiel, avec la création d’un cercle extérieur industriel. San Antonio s’est fixé l’objectif ambitieux de « réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre et accroitre de 20% sa production d’énergie renouvelable à l’horizon de 2030 ». Monaco, se dit prête à l’installation, sur son territoire, d’énergies renouvelables (éoliennes). Enfin, à Urtrecht, la municipalité envisage une réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre en 2020, et d’être neutre en carbone en 2030.

 

Le capitalisme distribué ou l’économie coopérative

Selon l’auteur, la Troisième Révolution Industrielle en voie d’émergence s’organise autour des énergies renouvelables distribuées, que l’on trouve partout et qui sont, pour l’essentiel, gratuites : le soleil, le vent, l’hydroénergie, la chaleur géothermique, la biomasse, les vagues et les marées des océans. « Ces énergies dispersées vont être collectées dans des millions de sites locaux, puis rassemblées et partagées sur des réseaux électriques intelligents ». « Distribuée par nature, l’énergie renouvelable nécessite des mécanismes de gestion coopératifs et non hiérarchiques ». Il s’agit là du nouveau régime énergétique latéral. Enfin, Jeremy Rifkin précise : « une révolution industrielle distribuée et coopérative conduit invariablement à un partage distribué des richesses produites ».

 

Selon Jeremy Rifkin, l’humanité a donc atteint la fin d’une ère industrielle, celle d’un modèle économique exclusivement fondé sur l’exploitation de l’énergie fossile. La consommation actuelle des ressources naturelles, la distribution économique, l’endettement et le changement climatique nous entraînent irrémédiablement vers un effondrement programmé. Au travers de cet ouvrage, l’auteur tente de réorienter la trajectoire de l’humanité vers une voie plus équitable et durable, une société plus ouverte dans laquelle collaboration et coopération ne seraient pas de vains mots. Ainsi, la troisième révolution industrielle qui se profile va dynamiser notre façon de penser, d’agir, de vivre et d’appréhender le monde.