analyse performance

Interview d’un professionnel de la Data travaillant pour l’OM

J’ai eu la chance d’interviewer Alexis F. qui évolue à l’Olympique de Marseille en tant que Data Engineer. Il m’a fait part d’un retour d’expérience sur son parcours très enrichissant. Bonne lecture !

Bonjour Alexis, merci de m’accorder un peu de ton temps. Peux-tu me présenter ton parcours ?

Bonjour Dorian, j’ai été étudiant à Rennes et suivi une formation d’ingénieur, suite à mes différents stages j’ai décidé d’évoluer aux États-Unis lors de mes premières années. J’ai travaillé plus d’un an chez TrackMan et je suis aujourd’hui à la direction de l’Olympique de Marseille.

 

Peux-tu me présenter plus en détail ton post chez TrackMan ? 

Depuis 2003, TrackMan est à l’avant-garde de la fourniture de solutions de données de performance fiables et d’innovations de pointe à des clients du monde entier. Les produits sont utilisés par des athlètes professionnels et amateurs dans un large éventail de sports, allant des segments populaires du golf, du baseball et du tennis, à des disciplines plus uniques comme le lancer de marteau et le lancer de poids aux Jeux olympiques. La technologie exclusive du TrackMan, basée sur le radar, est à l’origine de la nouvelle génération d’analyse des performances et de statistiques. Non seulement le TrackMan offre une expérience utilisateur transparente sur plusieurs appareils, mais les données du TrackMan sont également affichées instantanément à des fins d’analyse ou de divertissement. Que ce soit à des fins de jeu ou de performance, tout joueur a désormais la possibilité de libérer tout son potentiel grâce à notre technologie.
J’ai travaillé avec beaucoup de professionnels (joueur, staff) du base-ball, du golf ou encore du tennis.

 

Génial ! Et aujourd’hui quelle est ta fonction principale chez l’OM ?

Aujourd’hui je suis en charge de la partie Ingenierie à l’OM, ce qui comprend donc de réaliser des tableaux de performance des joueurs, préparé des matchs (analyser si tel ou tel joueur et en forme), aider au recrutement des jeunes talents, mais aussi innover sur la technologie utilisée.

 

Que peux-tu nous dire sur la préparation des matchs de l’OM ?

Pour préparer les matchs de l’équipe 1, nous utilisons différents outils comme par exemple OPTA qui traque en direct les mouvements de tous les joueurs avec plus de 20 caméras sur le terrain. Skill Corner Qui analyse les flux de vidéos à la télé (Canal+, Amazon Prime). Cet outil est doté d’une intelligence artificielle qui permet de deviner le déplacement des joueurs. Car n’ayant qu’une seule caméra à disposition, il est impossible de traquer les mouvements de chaque joueur sur le terrain, donc cet outil est très utile.

 

Comment trouves-tu que l’exploitation de la data évolue dans le championnat Français ?

De mon vécu, je peux dire que la France et même l’Europe plus globalement, sont très en retard sur nos voisins américains. En France il y a environ cinq clubs qui ont investi dans des équipes tech, ce qui leur donne un avantage considérable dans le championnat. Cependant ces 5 clubs sont tout de même très en retard sur des clubs comme le FC Barcelone ou même Liverpool, qui ont intégré des astrophysiciens à leurs équipes tech. Tout de même, la France est sur la bonne voie en recrutant de nombreuses équipes data et tech, même s’il nous reste encore beaucoup de chemin pour rattraper notre retard.

 

Quelles actions aimerais-tu mettre en place au sein de l’OM ?

Si j’avais un peu plus de temps, j’aimerais m’investir à 90 % de mon temps sur l’académie pour tester un maximum de leviers. L’académie c’est le centre de formation de l’OM, on y accueille toutes les catégories jeunes. Ce que j’aime beaucoup avec l’Académie, c’est que les kinés en charge des équipes ont des profils juniors, ils sont tous jeunes diplômés. Ce qui est plaisant c’est de voir qu’ils sont tous orientés data. C’est toujours du possible d’avoir des kinés qui nous demandent des automatisations des rapports EWCR (point de mesure) pour adapter les charges de travail des jeunes. J’ai vraiment hâte de voir ces jeunes kinés prendre la relève sur les équipes professionnelles !

Vois-tu le football évoluer grâce à la data dans les prochaines années ?

Cela dépend de différents facteurs, le premier étant  au dirigeant de prendre au sérieux la data.
Prenons l’exemple de la MLB (ligue de baseball américaine), depuis peu tous les clubs de ce championnat se sont mis d’accord pour partager chaque statistique en open source. Ce qui signifie qui a contrario du championnat français de football, chaque club peut passer en revue les performances de ses adversaires, analyser les tactiques de l’équipe et préparer au mieux les rencontres. Aujourd’hui en MLB pour gagner un match il ne suffit plus d’avoir les meilleurs joueurs où le meilleur coach, mais aussi d’avoir la meilleure équipe de Data Scientist. Le jeu prend donc un aspect beaucoup plus tactique, un peu comme le football américain. À notre époque nous sommes constamment exposés au progrès, il y a 20 ans il était impossible d’imaginer une technologie comme la VAR. Et pourtant aujourd’hui elle nous paraît presque indispensable. Je pense donc que cela prendra le temps qu’il faudra, mais que petit à petit la data va s’imposer dans le sport professionnel.