Catégories
Art, Culture, Luxe Digital Marketing fiche de lecture

Fiche de lecture : Le choc Z par Eric Briones et Nicolas André

Fiche de lecture : Le choc Z par Eric Briones et

Nicolas André

Eric Briones, cofondateur de la Paris School of Luxury et Nicolas André, directeur du planning stratégique chez Publicis, ont décidé d’allier leurs compétences et d’écrire Le choc Z – La génération Z, une révolution pour le luxe, la mode et la beauté. Ensemble, ils décryptent la révolution du marketing, initiée par la génération Z.

Le choc Z en quelques chiffres

Nés entre 1995 et 2006, la génération Z représente aujourd’hui 31% de la population mondiale. Ils ont dépensé au niveau mondial, 3000 milliards d’euros, et pour la France, un peu moins de 60 milliards. Ces dépenses sont prioritairement dédiées aux biens technologiques et l’habillement, avec une capacité de dépense plus forte des acheteurs chinois. Aujourd’hui, 98% de la génération Z est équipée d’un smartphone et l’utilise dans son processus d’achat. De plus, 85% de leurs recherches se font par le biais des réseaux sociaux. Pour ce qui est du marketing d’influence, les influenceurs sont 2 fois plus importants dans l’acte d’achat pour la génération Z que pour les Y.

La génération Z et son mindset

La génération Z se déclare :

  • Plus ouverte que les autres générations (78%)
  • Plus créative (46%)
  • Plus entrepreneuse (55%)
  • Moins heureuse face à la vie (54%)
  • Privilégie les marques ayant des valeurs, une mission (58%)
  • Obsédée par la question de l’expression de soi (46%)

Les auteurs finissent le livre avec une remarque des plus perspicaces :  « il ne peut pas y avoir de personnalisation dans génération ». Ce qui donne le ton concernant les stratégies à adopter en marketing, pour toucher la génération Z.

Dans une interview accordée au journal du luxe, Eric Briones précise : « la GenZ vient ici, dans le secteur du Luxe, amplifier et repousser les frontières de cette personnalisation car elle dispose d’une caractéristique unique, celle d’être dotée de personnalités multiples ! De fait, elle exige des marques une personnalisation tout aussi multiple. »

 

Par Emilie FERET

Étudiante en MBA DMB à Bordeaux !

Laisser un commentaire