Contraception et digital

La sexualité occupe une place plus importante que par le passé chez les adolescents. Pour preuve, l’âge du premier rapport diminue de génération en génération.

Depuis le 4 juillet 2001, il existe une loi qui n’est pas pour autant toujours appliquée. C’est la loi qui informe qu’une éducation et information à la sexualité devraient être dispensées dans les écoles, les collèges et les lycées à raison d’au moins trois séances annuelles et par groupe d’âge homogène.

Cependant, la plupart des enfants et/ou adolescents ne trouvent pas ces cours d’éducation sexuelle suffisants. Ceux-ci sont souvent incomplets et n’abordent pas des points importants aux yeux des élèves.

Les jeunes ont souvent honte de parler de tels sujets qui sont pourtant cruciaux.

Ainsi, pour trouver réponses à leurs questions, ils se tournent vers l’outil qui leur est le plus familier : Internet.

Photo : Ludovic Toinel

Faire appel à un professionnel peut parfois sembler difficile pour certaines personnes parce que cela implique avoir une personne en face de soi et affronter son regard, alors que les réseaux sociaux instaurent une certaine distance.

Les comptes à but éducatif/pédagogique, créés sur les réseaux sociaux tentent d’assainir le premier contact entre un jeune et la sexualité. En effet, il a été prouvé que la pornographie est devenu le premier contact des jeunes avec la sexualité dès 9 ou 10 ans. Le contenu éducatif vient donc proposer aux jeunes une introduction décomplexée de la sexualité, la découverte d’une relation harmonieuse et respectueuse dans laquelle on apprend progressivement.

C’est pourquoi, les réseaux sociaux et autres dispositifs digitaux jouent depuis quelques années un rôle de plus en plus fondamental dans la prévention, la sensibilisation ainsi que l’éducation sexuelle.

Sur les réseaux sociaux 

Derrière leurs smartphones, les gens osent davantage communiquer et se confier sur des sujets parfois très personnels. Les gens s’identifient aux récits des autres et témoignent à leur tour (sondages stories, commentaires)

Sur ces réseaux, les images sont souvent dé-complexantes, les visuels sont éducatifs, le ton employé est familier si bien que les abonnés osent également se confier sans crainte de jugement.

YouTube vidéos influenceurs contraception

Ces influenceurs ne prétendent pas remplacer les médecins ou les spécialistes mais tentent simplement d’apporter des solutions, des alternatives non professionnelles qui peuvent apporter beaucoup dans la vie de certaines personnes. Il est plutôt question de décomplexer le dialogue, rassurer les gens en leur répondant avec un bienveillance.

Cependant, beaucoup de comptes subissent des suppressions  ou démonétisation de leurs contenus, de leurs publications et parfois même de leur page car les réseaux sociaux ont malheureusement encore des restrictions concernant ce type de contenu, même si souvent, à  but éducatif.

Du côté des abonnés, le constat est plutôt positif, ils osent et communiquent davantage, la force des comptes est la communauté qui existe tout autour et qui met chacun parmi nous en confiance. Ce phénomène déclenche une certaine facilité à  interagir avec les autres abonnés et poser des questions sans filtre. Les abonnés se rendent compte qu’ils ne sont pas les seuls à vivre leurs problèmes, qu’ils sont “normaux”.

Quelques exemples :

Réalité virtuelle

Mon Corps Ma Contraception à 360° est une animation mixant vidéo à 360° et animation 3D incrustée. Elle s’adresse au grand public, et plus particulièrement aux jeunes femmes, dans le but d’informer sur les différents moyens de contraceptions qui s’offrent à elles en fonction de leur personnalité, de leur style de vie, etc.

Quelle contraception choisir ? Comment le contraceptif agit-il sur le corps ? Pour orienter le choix de chacun, le partage d’expérience est un point essentiel. À travers une animation à 360° de 4 minutes, ce contexte de partage et de conseils est reconstitués à travers une discussion entre 4 jeunes femmes et un jeune homme. Chacune d’entre elles partage son expérience avec un moyen de contraception particulier en y apportant à la fois son avis et des précisions médicales.

Podcasts

Même idée que sur YouTube. Ce sont des personnes qui prennent la parole pour libérer les doutes et tensions, le tout avec humour et sens du récit.

Ma contraception et moi : podcast en 6 épisodes, mêlant témoignages, avis et commentaires d’expertes interrogées par Esther Meunier. Un tour d’horizon des moyens de contraception, leurs avantages et leurs inconvénients !

Ils parlent et racontent de la même manière qu’une histoire contée ou alors il s’agit d’interviews d’auditeurs partageant leurs expériences ou de professionnels de la santé.

Applications

Elles sont pensées pour accompagner la vie intime des femmes : permettent de suivre au jour le jour le cycle menstruel. Plus les mois avancent et plus il nous est possible de comprendre le fonctionnement de notre corps. Les applications prédisent la date de nos prochaines règles mais aussi les périodes auxquelles on est fertiles.

On retrouve aussi des applications qui concernent uniquement la contraception :

  • Natural Cycles : Repose sur la méthode des températures basée sur le fait que la température corporelle augmente de quelques dixièmes de degrés après l’ovulation en raison de changements hormonaux. La femme rentre sa température dans l’application qui calcule si elle est féconde ou pas (en fonction de divers paramètres).
    Si ces applications mobiles ont un tel succès c’est parce que la méfiance envers la pilule grandit depuis plusieurs années et que les gens tentent de se retourner vers les solutions les plus naturelles possibles.
  • Pill’Oops : Application développée par le planning familial, permet aux utilisatrices de faire un suivi détaillé de leur prise de pilule. L’application notifie les utilisatrices à l’heure à  laquelle la pilule devrait être prise et délivre également de précieux conseils pour réagir dans les plus brefs délais en cas d’oubli (Cet oubli concerne 20% des femmes âgées de 21 à  29 ans).

TUP : TUP est une application simple d’utilisation, dont la vocation est d’accompagner la santé sexuelle des Français et de prévenir les infections sexuellement transmissibles (IST), notamment le VIH.
La première application smartphone de géolocalisation des points de distribution de préservatifs (gratuits ou payants) et des lieux de dépistage du VIH (fixes et mobiles). Il est devenu le premier portail de santé sexuelle en France.

Site web : iPass Contraception Ile de France

Absence importante d’informations autour de la contraception en France : Près de 20% des lycéens n’utilisent pas systématiquement un préservatif lors de rapports sexuels, 56% des lycéennes ont eu recours à une contraception d’urgence, et 62% ne se sont jamais fait dépister.

Au vu de ces chiffres, la région Ile de France décide de lancer un site Internet à destination des jeunes dans le but de faciliter leur vie sexuelle.

Conçu à partir de différentes bases de données, le site permet de localiser et prendre contact avec les structures spécialisées afin d’obtenir une réponse à nos questions. iPass Contraception oriente les jeunes vers des informations en ligne valides de référence, des lignes téléphoniques d’écoute et des lieux ressources où rencontrer les professionnels près de chez eux.

Natoo en parle dans l’une de ses vidéos

Chatbot

Elsa, premier chatbot de la contraception d’urgence. Au cours d’un sondage mené en juin 2018 auprès de 1 023 françaises de 18-35 ans, 47 % des femmes ont indiqué avoir eu un rapport sexuel non protégé dans les 12 derniers mois et seulement 13 % des femmes ont indiqué avoir pris une contraception d’urgence. Ces chiffres montrent que les femmes n’ont pas systématiquement recours à la contraception d’urgence suite à un rapport sexuel non ou mal protégé. On observe donc une sous-utilisation de la contraception d’urgence.

Pour répondre en partie à cette problématique, le laboratoire HRA Pharma et l’agence Spin Interactive ont lancé, à l’occasion de la journée mondiale de la contraception, Elsa le chatbot de la contraception d’urgence.

Elsa propose un premier accompagnement, donne des réponses rapides et personnalisées pour éviter une grossesse non désirée et permet en second lieu de renseigner sur les différents moyens de contraception d’urgence et comment se les procurer : trouve les pharmacies et planning familiaux les plus proches de notre position.
pastedGraphic.pngpastedGraphic_1.png