Consommer l’art différemment ?

Consommer l’art différemment

Grâce à l’arrivée d’internet, de nombreuses possibilités s’offrent désormais à nous en termes d’accessibilité. C’est bien sûr le cas dans le domaine de l’art. Longtemps réticent à sa digitalisation, les acteurs de l’art n’ont pas eu d’autres choix que de prendre le tournant du digital lors de la crise sanitaire en 2020.

Les Français sont-ils intéressés par la digitalisation de l’art ? 

Beaucoup de Français ont des difficultés à se rendre dans des lieux culturels, que ce soit en termes de prix parfois trop élevés ou à cause de leur situation géographique. La digitalisation des musées serait sûrement un moyen efficace pour initier les plus éloignés du domaine.

Qui sont les visiteurs ?

On le sait, l’accessibilité à l’art peut être parfois compliquée pour certaines catégories socio-professionnelles. Les visiteurs les plus habitués à visiter des lieux culturels sont les cadres et les hauts diplômés ayant un bac +3 au minimum. 

Cependant, on peut constater un panel éclectique concernant les visiteurs, qui tend à se diversifier d’autant plus dans les années à venir et surement grâce à la crise sanitaire ayant commencé il y a deux ans et la démocratisation du digital dans le domaine de l’art. 

 

Les nouvelles pratiques des Français face à l’art

Depuis l’arrivée de la digitalisation de l’art, de nouveaux profils ont fait leur apparition s’intéressant par curiosité ou par réel attrait au domaine de l’art. D’après une étude du GECE, 19% des Français qui n’ont fréquenté ni théâtre, ni musée et ni concert durant les 2 dernières années ont été attirés par la pratique d’une activité culturelle en ligne. 

On constate également que ceux qui ne se rendaient pas sur place pour visiter concernaient principalement les retraités et les habitants des communes rurales.  

En 2021, on pouvait compter 14% des Français qui avaient déjà visité virtuellement un musée, une exposition en ligne pour découvrir des œuvres d’arts. Les personnes ayant le plus d’attrait pour ce genre de pratique étaient les gens âgés de 65 ans et plus ayant déjà l’habitude de visiter des musées. 

Les différents outils digitalisés 

Comme a dit Goethe dans la pièce de théâtre Faust : “Les hommes déprécient ce qu’ils ne peuvent comprendre”. En effet, ne pas connaître l’histoire et le contexte d’une œuvre, ça équivaut à enlever une partie de son âme et peut mettre dans l’incompréhension les gens qui ne font que la regarder. Cependant, l’accès à l’art est très souvent coûteux et au-delà de ce détail, certains sont éloignés des grandes villes qui proposent un large panel de lieux où il est possible de contempler des œuvres. Fort heureusement, de nombreuses nouvelles manières de consommer de l’art sont disponibles grâce à internet.  

Google Art 

Le concept de Google Art est simple et pourtant essentiel pour les amateurs d’art : réunir plusieurs musées du monde entier afin de pouvoir les visiter virtuellement et en apprendre davantage sur les œuvres. 

Ce qui est incroyable dans les fonctionnalités disponibles sur cette plateforme, c’est de pouvoir chercher les œuvres d’un artiste et de pouvoir y avoir accès en un clic. Ce qui n’est potentiellement pas possible dans la vie réelle puisqu’il faudrait parcourir plusieurs villes pour prétendre les avoir toutes vues en vrai.  

Il est possible d’admirer les œuvres des plus grands peintres tels que Claude Monet, Vincent Van Gogh ou bien encore Frida Kahlo. Même si contempler une œuvre en vrai et en virtuel n’a sensiblement pas le même effet, Google Art met à disposition la possibilité de voir le moindre détail d’un tableau. Il est possible de zoomer à tel point que la moindre fêlure ressort faisant apparaître la toile en dessous de la peinture ou le moindre petit craquement ou coup de pinceau. Cela est rendu possible grâce à une technologie de pointe nommée le gigapixel, offrant une image à un milliard de pixels. Ce ne serait évidemment pas possible de voir cela en détail dans un musée car il n’est pas possible d’être à une distance si proche dans un musée sans oublier qu’à l’œil nu certains détails nous échappent.  

En plus de pouvoir les regarder, il est possible de connaître l’histoire des artistes et des œuvres en elles-mêmes.  De nombreuses fonctionnalités sont utilisables gratuitement.

Les musées virtuels 

Au-delà de Google, les musées ont eux aussi décidé d’offrir la possibilité aux intéressés de visiter les lieux à distance. C’est le cas précis du musée du Louvres, du musée d’Orsay ou bien encore du château de Versailles. A la manière de Google Street, il est possible de déambuler virtuellement dans les couloirs des musées tout en admirant les œuvres d’art. Au-delà de l’aspect visuel, nous avons la possibilité de connaître l’histoire des objets, d’où ils proviennent et de quelle époque. 

Les plateformes de vente

Depuis la pandémie, les nombreuses galeries d’arts ont dû se réinventer pour continuer à vivre de leur passion et contenter les acheteurs. Cela a été un pari risqué pour beaucoup car encore trop éloigné du digital mais rejoindre ce virage était inévitable.

 Aujourd’hui on retrouve des plateformes de vente devenues puissantes, parmi celles-ci on retrouve notamment Kazoart, Singulart ou bien encore Artsper. Ces plateformes qui ont connu un grand succès notamment depuis la crise du Covid, permettent d’acheter facilement des œuvres d’arts divers et variés comme des tableaux, des sculptures ou encore des photographies.  

 Il est alors aisé de se procurer une œuvre d’art, puisqu’il suffit d’un clique et les moyens nécessaires pour aller au bout de son acquisition. 

Pour conclure, les plateformes digitalisées qui permettent d’accéder aux œuvres d’arts de n’importe où sont un vrai outil à exploiter pour les futures générations mais également pour les gens qui se voient éloignés des lieux culturels réels. Cela peut grandement favoriser l’apprentissage et connaître les histoires qui se cachent derrière chaque œuvre. Cela permet aussi aux personnes du monde entier de connaître l’existence d’artistes d’autres pays. 

Sources :  https://www.beauxarts.com/grand-format/tout-comprendre-a-lart-a-lere-digitale/ 

https://www.artcena.fr/sites/default/files/medias/Impact-des-restrictions-culturelles-sur-le-moral-des-Francais-et-pratiques-culturelles-et-numerique-des-Francais-apres-un-an-de-crise-sanitaire-Synthese-Gece-Correspondances-Digitales-Mars-2021-1.pdf