Catégories
Blockchain E-transformation du monde Non classé Sport Transformation digitale

Le PSG vers une monnaie virtuelle

Le célèbre club du Paris Saint-Germain a décidé récemment de se rallier à Crypto.com sous la forme d’un partenariat. Crypto.com est une plateforme de gestion de porte-monnaie virtuelle, vous pouvez gérer toutes sortes de cryptomonnaie sur cette plateforme, mais aussi voir l’évolution de la cote de chaque monnaie.

PSG Partenariat Cryto.com

On a pu aussi notamment voir Lionel Messi arrivé au sein du PSG, une clause de son contrat spécifié qu’il serait payé en parti en Fan Token (La crypto-monnaie du Paris Saint-Germain), l’équivalent de 30 millions d’euros dans cette fameuse monnaie.

Cette nouvelle monnaie n’est pas seulement qu’une innovation révolutionnaire, c’est bien plus que ça. Nous assistons au fait qu’une des entités comme le Paris Saint-Germain intégrer totalement cette technologie au sein du processus d’une « transaction » comme un transfert d’un joueur de football coutant des millions d’euros pour la plus part.

On peut donc se dire que dans un futur proche les monnaies virtuelles seront au cœur du business sportif et que potentiellement des transactions seront uniquement basé sur ce type de monnaie.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Catégories
French Tech innovations Non classé Sport Transformation digitale

La 5G pour une nouvelle génération de Stade

Que cela soit pour les vaccins ou dans les stades, la 5G fait parler d’elle. Les promesses sont grandes ! Une accélération conséquente des débits, une réduction de la latence et un désengorgement des zones denses. Les stades sont des zones denses par définition. C’est pourquoi, ce sont des laboratoires pour développer la 5G qui doit révolutionner le divertissement sportif.

Doper la fan expérience

Alors que l’expérience dans un stade se vit de plus en plus via son smartphone, le même « refrein et frein » revient toujours : « je ne capte pas ». Cela s’explique par une 4G et un wifi saturé par la concentration de mobiles. 5 000, 20 000, 60 000 places, la 5G doit offrir à tous les titulaires d’un forfait une connexion bien meilleure.

Les smartphones connectés à la 5G seront le lien entre les spectateurs et de nouvelles expériences. Statistiques en temps réel, angles de caméra différent, réalité augmentée et bien d’autres seront disponibles sur nos écrans pendant l’évènement. Le partage de l’expérience vécue sera aussi grandement simplifié.

Si la 5G pourra faire passer le temps, elle vous en fera aussi gagner. La gestion des foules est l’un des points, souvent négatifs qui sera amélioré. L’échange de données en temps réel permettra de diriger facilement les spectateurs vers une porte, leur place, le stand ou les toilettes les moins fréquentés.

Pour les diffuseurs

L’arrivée de la 5G dans les stades améliora aussi l’expérience des fans, devant leur télé. En effet, le travail des diffuseurs sera facilité avec le nouveau réseau mobile. La plupart des câbles ne seront plus nécessaires, laissant place à la créativité des réalisateurs disposant de plus de caméras.

Une logistique qui sera aussi allégée par la possibilité d’utiliser une régie à distance et d’éviter le déplacement de matériels et de ressources humaines.

Le laboratoire de la 5G

Bien avant le déploiement de la 5G pour le grand public, les opérateurs se sont associés avec des stades et clubs pour tester leur produit. L’exemple français est le bien nommé «Orange Vélodrome » où sont développés les services de demain, rendus possible par la 5G.

Une solution IoT est en place pour améliorer les performances environnementales du stade. Pour les supporters, des flux audio à la carte et la réalité virtuelle, sont déjà en place dans le stade de l’Olympique de Marseille.

Les ligues également passent à la 5G et les places au centre de leur innovation. La NFL avec Verizon a récemment signé un partenariat sur 10 ans afin d’équiper, entre autres, certains stades américain.

La 5G se positionne comme une obligation dans les stades pour être en mesure de développer la « fan expérience » de demain. Un partenariat pour co-innover qui profite autant aux opérateurs qu’aux clubs et qui doit engager encore plus les fans.

Catégories
innovations Non classé Sport

Le futur du « sport’s broadcast »

Il n’y a pas que les sportifs qui battent des records, ceux qui les filment sont aussi des champions dans leur domaine. L’industrie de diffusion du sport est l’une des plus innovante en terme de retransmission d’images et les évènements se multiplient. Les diffuseurs pour rentabiliser les droits acquis et attirer plus de spectateurs se doivent d’être innovants.

Les couts d’infrastructures en baisses 

Premier aspect profitant d’innovations technologiques, la logistique du matériel vidéo et les infrastructures y étant reliées. La 5G par exemple permet de réduire considérablement le nombre de câbles nécessaires en plus de proposer un temps de latence très faible.

Les images en 4 et 8K sont toujours plus gourmandes en espace. Le Cloud permet d’alléger de grosses infrastructures de stockage. Fini les régies mobiles grâce à « easy live», start up française, qui propose des studios/régie externalisés et facilite la diffusion de contenus. Un gain de temps et d’argent considérable.

Des caméras toujours plus performantes 

Image en 8k, découpage 4K, ralenti en 480 images par seconde, le nombre de caméras disposées permet de créer des contenus remarquables. Par exemple, le replay immersif d’Intel : « True View », c’est 38 caméras 5K 250 TO de données sur 90 minutes. Ce dispositif permet de proposer aux téléspectateurs des replays immersifs. Par exemple, les rotations à 360° autour de l’action pour mieux appréhender une situation. Mais aussi une vision de l’action « du point de vue du joueur » pendant un coup franc ou un penalty.

L’IA au service de la réalisation 

Avec des caméras qui couvre tout l’évènement connectées en 5G à un studio externalisé il ne manque plus qu’à remplacer le réalisateur. C’est chose faite avec le « AI remote production ». Une intelligence artificielle qui gère la réalisation de vos évènements et décide quelles images seront diffusées. L’IA peut déjà assister un réalisateur. Voir le remplacer à l’avenir. Le point noir est le temps d’apprentissage pour l’IA afin de savoir quel contenu est véritablement pertinent. Pour saisir l’instant exceptionnel, incongru, l’humain est encore nécessaire et les réalisateurs ne seront pas remplacés de sitôt.

Le sport de haut niveau fait partie des contenus les plus regardés dans le monde. Il est donc évident qu’il sera le catalyseur des innovations relatives à sa retransmission. Dans un monde où les comportements de consommation changent rapidement, ces nouveautés doivent permettre au divertissement sportif de garder le cap.

Catégories
Actualité Evénements Non classé Sport Sport / Gaming Télévision

E-sport : Quand le digital s’invite aux Jeux Olympiques

Olympic Virtual Games
Olympic Virtual Games. crédit : olympics.com

En avril dernier, le Comité International Olympique a annoncé le lancement des Olympic Virtual Series à l’occasion des JO de Tokyo 2021. Une réussite significative pour les défenseurs de l’E-sport, preuve de la démocratisation de la discipline. De plus, ces JO virtuels se sont déroulé en amont de l’événement physique, du 13 mai au 23 juin. Une transition digitale déjà entamée comme en témoigne notamment le Tour de France virtuel organisé l’été dernier, mais qui tend encore à s’accélérer.

Analyse et décryptage de l’opération, par ici : https://www.linkedin.com/pulse/e-sport-quand-le-digital-sinvite-aux-jeux-olympiques-moutafian/?published=t&trackingId=z%2FcWyevgSPqw5qFJzgP9bw%3D%3D

Pour approfondir sur ce thème, c’est par ici : 

Catégories
Actualité E-Santé E-transformation du monde Robots & IA Sport Tech & Innovation

Retour sur VivaTech 2021, au coeur de l’innovation !

Retour sur VivaTech 2021, au coeur de l’innovation !

VivaTech a été l’un des 1ers salons à rouvrir ces portes pour faire découvrir aux visiteurs les dernières innovations et start-up ! Marine Okori, étudiante au MBA DMB, vous a déjà fait découvrir quelques innovations dans son précédent article. Continuons de voir à quoi demain pourra ressembler avec mes propres découvertes !

Vivatech
Théo Curin à VivaTech

Arrivée à 10h00 : rendez-vous donné avec pour participer aux parcours inspirants de la journée.

Le premier était dédié à Théo Curin, quelle rencontre ! Un nageur handisport, accompagné par Matthieu Witvoet éco-aventurier, a présenté son prochain challenge : « la traversée du lac Titicaca » en novembre prochain à la nage. En fait ils seront 3 pour ce défi : Malia Metella, Matthieu Witvoet et Théo Curin. Chaque nageur se relaiera pour tracter l’embarcation spécifiquement conçue pour ce défi par les équipes R&D d’EDF. Ce bateau est un véritable défi technologique et innovant. Il doit être léger et stable, contenir ce qu’il faut pour les 3 sportifs pour assurer cette traversée en toute autonomie ; nourriture, énergie, hygiène…

LE DÉFI – Défi Titicaca (defititicaca.com)

11h00 : c’est parti pour un premier tour d’horizon du salon.

Et cela commence fort avec le robot Spot, conçu par Boston Dynamics. C’est un robot chien mobile, polyvalent et pouvant se déplacer dans une grande diversité d’environnements. Cette machine est capable de s’adapter à n’importe quel obstacle, qu’il soit fixe ou mobile. On peut aisément l’imaginer en situation sur un chantier à surveiller son environnement avec sa vue à 360° ou encore en train de chercher des fuites ou fissures en milieu industriel, il est à la fois innovant, impressionnant et presque angoissant…

11h30 : je continue mon parcours pour découvrir une innovation « solaire » avec Heliatek. Cette startup allemande présente des panneaux solaires souples et autocollants entièrement organiques. Organique, c’est-à-dire ? sans métaux rares ni substances toxiques. La solution d’Heliatek permet de produire jusqu’à 85 watts par mètre carré de surface. Son principe : des nano-molécules de carbone déposées sur un film polyéthylène, capables de transformer la lumière en électricité. Les usages peuvent être multiples. Pour l’instant il est en complément du photovoltaïque PV conventionnel car il est un peu moins efficient. On le retrouve déjà sur un mat d’éolienne, sur des toits au Japon mais aussi à Roland Garros sur les toits des stands de restauration…

Premier panneau photovoltaique organique

Des échanges riches avec les start-ups où les échanges sont plus qu’enrichissants et rendent tangible le mot innovation !

12h00 : pour terminer ma matinée, j’arrive sur du bois si fin qu’il devient tactile… avec Woodoo.

Je lis que « Woodoo conçoit et fabrique des matériaux à faible bilan carbone » et je vois du bois, si fin qu’il devient écran, tablette tactile, simplement impressionnant !

Ainsi à base de bois durable, après quelques transformations Woodoo obtient des matières nouvelles, résistantes. Par exemple il recouvre les mêmes propriétés que le verre. Je découvre un écran à leds, qui quand il s’éteint devient un panneau en bois, plus esthétique que nos écrans blancs actuels !

Next Gen Wood – WOODOO

La surconsommation, l'une des origines de nos problèmes environnementaux

 

Il est temps de déjeuner…sur le pouce, il y a encore trop d’innovations à découvrir. Mais il serait dommage de ne pas profiter de ce beau soleil et de retrouver mes collègues de promo MBA DMB ! un bon moment d’échange, trop rare depuis notre rentrée en mars et à cause de la crise où le distanciel règne…

14h00 : C’est reparti, 2ème parcours inspirant, celui d’André Manoukian.

Musicien, passionné et passionnant, il explique comment les algorithmes existaient bien avant l’informatique dans la musique. Il n’oppose pas la technologie et la musique, au contraire, essaies de trouver la meilleure combinaison. Il a parlé notamment de sa start-up Muzeek, qui propose d’associer le son à l’image grâce à l’intelligence artificielle. Le principe est de synchroniser la musique sur des images.

14h30 : un petit moment de détente avec des sabres laser. Je découvre qu’il s’agit d’une discipline sportive avec sa fédération, la Sport Saber League, ses règles…pour retrouver un petit côté StarWars.

Sport Saber League | Académie de sabre laser

une poubelle intelligente basée sur l'intelligence artificielle pour trier

 

15h00 : Après la détente, je repars à la découverte de nouvelles innovations et pourquoi pas plutôt orientées environnement. Une poubelle, que fait une poubelle à Vivatech ? pour les visiteurs ? et bien non, voici une poubelle avec une intelligence artificielle qui lui permet de reconnaitre les déchets que l’on jette et les met automatiquement dans le bon container, fini les erreurs de tri !

Bin-e Smart Waste Bin | Bin-e Smart Waste Bin (bine.world)

Un masque d'hypnose connecté

15h30 : après l’environnement, la santé.

Tout d’abord je découvre un pitch mené par un hypnothérapeute sur un masque…un masque d’hypnose connecté Hypnos. Relié à une application, au travers du masque vous entendez une histoire enregistrée par un praticien en hypnose. D’ores et déjà commercialisé pour le grand public, une autre utilisation, plus avancée avec une base d’intelligence augmentée. Cela permet d’adapter le programme à la personnalité du patient et d’adapter le programme en temps réel. Différents CHU en France le testent déjà.

16h00 : la mobilité est également un enjeu important où les innovations ne sont pas en reste. Oui il y avait l’hélicoptère mais tout le monde en a parlé. Personnellement j’ai retenu le foodtruck nouvelle génération, Neolix. Un véhicule autonome, avec des zones pour le froid, une désinfection à l’ozone, il est capable de vendre différents types de produit. Collecte de données, prédiction en temps réel et répartition intelligente permettent aux véhicules de fonctionner en permanence dans les zones les plus demandées.

La surconsommation, l'une des origines de nos problèmes environnementaux

Voici quelques innovations qui m’ont marqué, il y a eu tellement… je comprends à travers ce salon en quoi le digital prend une place de plus en plus importante dans notre quotidien, l’importance des data, de l’AI, de la réalité virtuelle ou augmentée et de l’IoT : Tech for good , Tech for health, Tech for planet !

Catégories
E-Santé IoT Sport Tech & Innovation Transformation digitale

Quand l’iOT (internet of Things) révolutionne notre pratique du sport.

Quand l’iOT (internet of Things) révolutionne la pratique du sport de demain.

Les objets connectés, aussi appelés iOT (internet of things), sont désormais omniprésents dans notre quotidien.

En 2025, le marché des objets connectés en Europe dans l’industrie du sport, représenterait 30 milliards de dollars de revenus. Les objets connectés quant à eux, représenteraient 7,5% du marché des équipements sportifs, contre 2,9 % du marché en 2015.

En effet, cet intérêt s’explique par le fait que, les personnes cherchent à prendre soin de leur santé et améliorer leur condition physique (encore plus depuis que Miss Corona a fait son entrée l’an dernier).

Ainsi, certaines entreprises et équipementiers sportifs ont profité de ce besoin pour proposer de nouveaux produits innovants.

Pour voir mon top 3 des dernières innovations qui ont attirées mon attention, en terme d’iOT dans le domaine du sport, je vous invite à consulter mon article Linkedin ici

🏋🏽‍♀️ Pour suivre toute l’actu de l’industrie du sport et sa digitalisation, suivez-moi également sur Twitter et mon Linkedin

Sources :

1) Internet of Things for Fitness Tracking: How to Implement Devices for Your Smart Gym https://riseapps.co/iot-in-fitness/

2) Sport et technologie : que nous réserve le futur ?  https://drsport.fr/sport-technologie-objet-connecte/

3) Statista : Intentions d’achat d’objets connectés des consommateurs de 28 pays du monde en 2015 et 2016, par type de produit https://fr.statista.com/statistiques/540565/objets-connectes-intentions-achat-par-type-produit-monde/

Catégories
Data world Inside Digital Revolution Sport Transformation digitale

Un usage unique de la Data dans le sport

Depuis quelques années la Data est devenu incontournable dans bien des aspects de la vie, du business mais aussi du sport. Néanmoins c’est un usage tout à fait nouveau qui en a été fait par le milieu de terrain du club de football de Manchester City, Kévin De Bruyne, puisqu’il l’a utilisé pour renégocier son contrat.

La Data et le sport

La Data est omniprésente dans le sport, souvent sous l’appellation de statistiques. Les médias les utilisent pour commenter les performances, les entraineurs pour peaufiner leurs tactiques. La société Opta Sport en a même fait sa spécialité. Les britanniques ont fait des statistiques alambiquées une marque de fabrique. Le sport a toujours été une question de mesures et de performances. La Data est donc au cœur de la pratique.

L’innovation Data

Et pourtant, c’est en 2021 qu’un nouvel usage de la Data est apparu sous l’impulsion de Kévin De Bruyne, considéré comme l’un des meilleurs joueurs de football à ce jour, dans le cadre de la renégociation de son contrat avec son club. En effet le joueur belge a prolongé avec le champion d’Angleterre en titre jusqu’en 2025, pour un deal de 83 millions de Livre sterling.

A contre-courant des us et coutumes du foot-business, le Mancunien n’a pas fait appel à un agent pour les tractations. Il a utilisé la Data pour mettre en avant son influence sur le terrain, les projections de ses performances futures, mais aussi des comparaisons avec d’autres milieux de terrain de son standing.

Pour ce faire Kévin De Bruyne a fait appel à une société spécialisée dans la Data et le football : Analytics FC. Cette entreprise collaborant déjà avec de nombreux clubs de football, fédérations et agences, propose des solutions Data-Driven via des logiciels et des plateformes dédiées à leur clients.

Un usage à développer

C’est donc un tout nouveau service qui a été proposé au belge et qui ,sans aucun doute, devrait être reproduit par de nombreux autres joueurs. Cette solution semble être promise à un avenir radieux tant les sports sont nombreux et les montants des contrats exponentiels. Cela semble être une vrai opportunité pour les sportifs professionnels souvent très dépendants des agents qui pourraient l’utiliser pour négocier des contrats avec leurs clubs, les fédérations mais aussi pourquoi pas des sponsors.

Catégories
Actualité Apps Digital Marketing E-Santé Non classé Sport Transformation digitale

Covid-19 et conséquences vers une pratique hybride du fitness

Covid-19 et conséquences : vers une pratique hybride du fitness ?

« Pour les territoires en zone d’alerte maximale […] fermeture des salles des sports et des gymnases, qui sont des lieux hélas de contaminations importants. » – Olivier Véran, ministre de la Santé. 

Te rappelles-tu ce discours, énoncé un mercredi soir de septembre 2020 par notre ministre de la Santé, Olivier Véran ? Fais-tu partie de ces personnes dont le projet de summer body a été repousssé ?

Covid-19 : l’industrie du sport fait partie des secteurs ayant été impacté par la crise sanitaire suite à leur fermeture et ses adhérents en subissent les conséquences.

L’estimation de la baisse d’activité de la filière sport en 2020 était évalué à -30% et son chiffre d’affaires pouvait chuter à 54 Md€ (contre 78 Md€ en 2019), estime une étude BPCE L’Observatoire. Cependant, plateformes numériques et nouveaux services sportifs pourrait « accélérer et stimuler le développement des SporTech. », d’après cette même étude et in fine, accélérer sa digitalisation.

Fermeture des complexes sportifs et salles de sport : une pilule encore dure à avaler…

De nombreuses salles de sport, mais aussi des adhérents et professionnels du sport, ont contesté cette décision du gouvernement, jugée « disproportionnée » par le syndicat union sport et cycles et « massacre économique » par les deux fondateurs du club de sport premium L’Usine, Patrick Joly et Patrick Rizzo.

Jusqu’en 2020, 66% des individus âgés de 15 ans et plus, ont pratiqué un sport au moins une fois dans l’année, selon l’INJEP, institut national de la jeunesse. 

Selon les estimations de BPCE L’Observatoire, l’industrie du sport enregistrerait une chute d’environ 21 % de son activité en 2020 par rapport à 2019.

En effet, avec cette fermeture soudaine des salles de sport, leur pratique a été diminuée pour passer à 53%.

Où en sommes-nous ? 7 mois plus tard, la situation a peu évolué et les salles de sport, jusqu’au 9 juin prochain ne seront ouvertes qu’aux publics prioritaires.

Toutou youtou … Sport 3.0, quand Gym tonic a du soucis à se faire !

Figure-toi que l’industrie du sport a réussi à bien nous occuper et faire preuve d’innovation… Gym tonic n’a qu’à bien se tenir !
De nombreuses solutions digitales ont été lancées et ont rythmé notre quotidien.

Afin de fidéliser ses clients et élargir son public, l’industrie du sport a dû se digitaliser plus rapidement que prévu.

En effet, depuis le covid-19, le sport n’est plus seulement dédié aux sportifs, mais aussi à nous autres Français, décidés à prendre soin de notre santé et bien-être. Une occasion parfaite pour cette industrie pour se démarquer et se réinventer. Voici quelques exemples :

  • Outils et objets connectés avancés, peuvent évaluer le niveau de sédentarité, la qualité de sommeil, le nombre de calories dépensé etc…
  • Surconsommation des videos fitness sur youtube : la recherche « faire des exercices à la maison » sur Youtube a augmenté de 55% par rapport à la moyenne quotidienne, atteste Charles Savreux, responsable communication de Google et Youtube
  • Les smartphones, alliés de notre pratique du sport à la maison. Selon une étude d’App Annie, plateforme de données sur le marché des applications mobiles, le téléchargement d’applications mobiles de sport en France, représente 40% des téléchargements dans le monde. Le Ministère des Sports propose même sur son site un top 30 d’applications et de sites internet d’activités physiques à domicile pour « faire du sport à la maison en ligne ».
  • Coach indépendants et influenceurs fitness ont été très présents pour leur communauté à travers du contenu engageants sur des réseaux comme instagram ou tik tok. Des sessions de sport en direct par live ou bien des offres très avantageuses de coaching personnalisés à distance émergent de plus en plus.
  • Les réseaux sociaux au coeur de la stratégie des salles de sport. Basic-Fit et Décathlon ont par exemple lancer le mouvement #sportalamaison et #sportinwukot avec des sessions de sport en live instagram avec un personnal trainer.

T’en penses quoi Joely de cette digitalsation ?

Il faut aller plus loin et penser innovation… 

Il y a quelques jours j’ai assisté à un webinar du Hub Institute sur l’expérience client unique en e-commerce depuis cette crise et, un exemple m’a marqué : Le groupe FNAC-DARTY a mis en place en début d’année, une application permettant au client de bénéficier d’un contact privilégié avec un vendeur présent en boutique par chat ou visio et continuer son parcours de vente. Cette expérience a permis au client d’une part, de vivre une expérience unique et personnalisée et au vendeur d’autre part, de poursuivre son activité quand d’autres sont encore au chômage partiel.

Tout d’abord, cet exemple peut être appliqué aux salles de sport, en permettant aux adhérents ou futurs adhérents de rentrer en contact avec les commerciaux et personal trainer afin de continuer à les suivre ou bien les conseiller de façon personnalisée sur les entraînements à faire.

Les salles de sport peuvent également impliquer ses adhérents et futurs adhérents en proposant des lives avec pour invités des personnes comme vous et moi et non pas que des influenceurs, car nous sommes les personnes qui font vivre la marque.

Enfin, Il faut replacer le consommateur au coeur de la stratégie et essayer d’aller plus loin car, la manière de consommer le fitness va changer…. privilégiant un équilibre entre salle de sport et pratique à distance, vers une hybridation de du sport. 

Le contenu t’as interéssé ? Je t’invite à consulter l’infographie de Gaetan Edore, étudiant du MBA DMB également, sur la croissance du e-fitness en 2020 ici !

Pour en savoir plus sur la digitalisation de l’industrie du sport mais aussi être à l’affût de mes futurs articles, je t’invite à me suivre sur mes réseaux sociaux :

Catégories
Actualité Sport Sport / Gaming Transformation digitale

Les Jeux Olympiques à la conquête du gaming

C’est un fait, l’E-sport se développe à grande vitesse. Désormais le Comité International Olympique se lance à son tour dans le gaming avec les « Olympics Virtual Series ». Il s’agit d’un évènement de sport virtuel physique et non-physique sous licence Olympique. La première édition se déroulera du 13 mai au 23 juin 2021, soit un mois avant le début des Jeux Olympiques de Tokyo.

Le E-sport Olympique

Cette compétition sera ouverte à toutes les personnes en mesure de participer depuis leur domicile ou des installations d’entrainements. Les affrontements auront donc lieu à distance. Difficile effectivement d’imaginer pour le moment des phases finales sur un site dédié. Le mode de participation et les récompenses n’ont pas encore été annoncés.

Pour produire cet évènement, le CIO s’est associé avec cinq fédérations sportives internationales et cinq éditeurs de jeux vidéo. Au programme : cyclisme, course automobile, baseball, aviron et course de bateau.

Les cinq épreuves proposerons des concepts et des formats différents. « Zwift », par exemple, est un jeu vidéo qui se pratique sur un vélo d’intérieur.

Tous ces évènements seront diffusés sur la Chaîne Olympique, une web TV crée par le CIO après Rio 2016. Elle diffuse des contenus autour des Jeux Olympiques.

C’est un premier pas du CIO dans sa stratégie de numérisation de ses activités. Cela s’inscrit également dans l’optique de séduire un public plus jeune qui se désintéresserait des JO dans un format historique.

Les perspectives des OVS

C’est un tout nouvel évènement olympique, qui au fur et à mesure des éditions devrait s’enrichir d’épreuves et donc d’autre jeux. En effet, mis à part « Gran Turismo », les jeux présents pour cette première ne font pas partie des plus populaires dans le monde du gaming. D’ores et déjà, la FIFA (Football), la FFT (Tennis) et la World Taekwondo ont fait part de leur enthousiasme vis-à-vis de ces « OVS ». Sans aucun doute, le poids de ces sports et notamment d’un jeu aussi populaire que FIFA 21 permettra une véritable pénétration du marché du E-sport.

On peut facilement parier l’arrivée d’autres fédérations. D’autres jeux vidéo populaires viendront renforcer l’attractivité de cet évènement, à l’approche notamment des JO d’hiver de Pékin en 2022. La Chine est un pays friand de E-sport.

Quel place dans le Gaming ?

On le sait, les jeux les plus célèbres de l’E-sport comme « League of Legends » ou « DOTA », pour ne citer qu’eux, semblent encore antinomique dans le cadre des valeurs l’Olympisme. Le CIO a fait le choix de mettre en avant des jeux correspondants à des disciplines déjà présente aux Jeux Olympiques ou alors dans le sport traditionnel. On ne peut pas dire que les Olympic Virtual Series seront totalement en mesure de drainer le public gaming. Mais c’est toutefois un premier pied vers le monde du E-sport.

Sources :

https://gamergen.com/actualites/olympic-virtual-series-evenement-esport-officiel-ouvert-tous-jeux-olympiques-tokyo-2020-5-jeux-retenus-320529-1

https://olympics.com/fr/infos-liees/olympic-virtual-series-2021-things-to-know

https://www.gameblog.fr/news/95801-tokyo-2020-le-cio-s-ouvre-aux-sports-virtuels-avec-l-annonce

https://ffbs.fr/du-ebaseball-a-la-premiere-edition-des-olympic-virtual-series/

https://destimed.fr/Olympic-Virtual-Series-les-premiers-Jeux-Olympiques-pour-les-adeptes-des-jeux

Catégories
Création d'entreprise e/m Commerce interview Interviews & Rencontres Non classé Sport Startup

Biked : la première marketplace pour les passionnés de vélo

Biked

Fraîchement lancée, le 12 avril dernier, la plateforme Biked compte déjà plus de 2800 produits et a reçu ses premières ventes. Biked est une place de marché 100% digitale dédiée aux passionnés de vélo. Les points forts de la plateforme : un parcours client ultra simple, évidemment mobile first et des catégories adaptées à la vente de matériel très spécifique, pour chaque discipline.

Rencontre avec Olivier Roche et Mathias Guinand. 

Olivier, tu es à l’origine de ce projet, peux-tu nous raconter ce qui t’a amené à lancer Biked ? 

J’ai rejoint Probikeshop il y a 5 ans pour consolider et créer une stratégie marketing afin d’accompagner la croissance de l’entreprise. La seconde main faisait déjà partie des sujets que j’observais de près. Le constat était que dans le milieu du vélo, il n’y avait aucune plateforme comme Vinted, Reverb, Chrono24 qui cartonnent dans leur secteur. Les acteurs existants dans le vélo ne proposent pas une vraie expérience utilisateur sur le web. Il n’y avait pas de plateforme dédiée au vélo qui intègre le paiement et l’expédition de manière simple et efficace. En plus de ça, on a mené une étude auprès des clients qui a révélé que 80% des passionnés de vélo ont du matos qui dort dans leur garage. C’est ce qui a fait naître l’idée et le projet de Biked ! Olivier Rochon, le CEO de Probikeshop soutient évidemment le projet à fond et on peut compter sur l’appui du groupe et son réseau pour propulser Biked ! 

Mathias, alternant en Master EDEN (Entrepreneuriat et Développement des Entreprises Nouvelles) de l’IAE de Lyon a rejoint Olivier en septembre dernier pour faire naître le projet. 

Pouvez-vous décrire les grandes étapes du développement jusqu’au lancement de Biked ? Quels ont été les plus gros défis à relever ? 

La création d’une marketplace est complexe en termes de process. Il faut gérer la logistique, les transactions, le portefeuille des utilisateurs et toutes les interactions qu’il peut y avoir entre les acheteurs et les vendeurs. Ça nécessite de nombreux workflow et il faut que tout soit réfléchi pour rendre l’expérience la plus fluide possible. Un des plus grands enjeux au niveau technique et UX a été la mise en ligne de produits. On voulait que le dépôt d’article soit exhaustif d’un point de vue technique et le rendre super simple. On a passé beaucoup de temps sur cette partie puisque notre objectif premier est de faire grossir la base de produit. L’offre est notre priorité absolue ! 

Comment le site Biked a-t-il été développé ? 

On a fait le choix de s’appuyer sur une plateforme dédiée pour les Marketplace afin de maîtriser tous les sujets du métier. On a aussi choisi de faire intervenir une agence experte en UX Design pour créer un site le plus clair possible. C’est un bon combo pour avoir un back office optimal et un front office user-friendly. Le site a été développé en mobile first. Dès le début, les maquettes ont été conçues pour mobile puis déclinées en desktop. On voulait un site mobile avant tout. 

Peut-on dire que Biked révolutionne le marché digital de la seconde main dans l’univers du vélo ? 

Ce qu’on apporte de nouveau sur le marché de la seconde main dans l’univers du vélo c’est une plateforme qui intègre le paiement et le transport. On se démarque des sites de petites annonces qui ont une approche plutôt locale. On offre une solution aux passionnés qui souhaitent vendre ou acheter, entre particuliers, même si la pièce qu’ils recherchent est à l’autre bout de la France. 

Sur la partie expérience utilisateur, notre valeur ajoutée se traduit par un parcours simplifié à l’extrême. On a fait le choix de créer des catégories hyper précises pour faciliter la mise en ligne et la recherche de matériels spécifiques pour les passionnés. 

Pour ce qui est de notre modèle, on a choisi de faire payer les frais de protection par l’acheteur. La mise en ligne est donc totalement gratuite pour le vendeur. On veut inciter les passionnés à VIDER LEUR GARAGE en leur offrant une plateforme simple et sans frais ! On encourage même les passionnés à vendre leurs plus petites pièces, celles qu’ils n’auraient jamais penser vendre ailleurs … 

Quels sont les premiers retours que vous avez eus ? 

Depuis l’ouverture du site, on est en contact permanent avec les utilisateurs. Ça nous permet de comprendre leurs attentes vis-à-vis de la plateforme et de nous améliorer continuellement. On a de très bons retours et des utilisateurs qui ont déjà vendus / achetés plusieurs fois. Une communauté se créée petit à petit, c’est important car c’est eux qui font vivre Biked et échangent leur matos ! Et qui mieux que son propriétaire pour conseiller à son suivant, une pièce avec laquelle il a roulé ? Certaines personnes nous ont même dit avoir trouvé sur Biked des pièces spécifiques qu’ils ne trouvaient pas sur le marché, et c’est ça qui est génial avec l’occasion !

La plateforme est déjà prometteuse, quelles sont vos ambitions et projets pour la suite ? 

On travaille sur l’intégration des vélos complets sur Biked. Pour l’instant il n’existe pas de plateforme qui propose l’expédition de vélos en C2C de manière vraiment adaptée et sécurisée. On travaille sur plusieurs pistes pour garantir que le vélo pourra être transporté dans les meilleures conditions !

Notre objectif est aussi de déployer Biked en Europe notamment dans les pays où Probikeshop est présent. Ça nous permettrait d’avoir une offre de produit encore plus intéressante !