Catégories
Média, Cinema et Streaming Transformation digitale

Scarlett Johansson VS Disney : La guerre est déclarée

Scarlett-Johansson-VS-Disney-4x

Scarlett Johansson VS Disney : La guerre est déclarée

Devant la montée en puissance des plateformes de streaming, c’est une toute nouvelle industrie du divertissement qui est en train de voir le jour et certains talents sont laissés pour compte. C’est le cas de Scarlett Johansson qui a décidé de ne pas se laisser faire et a porté plainte contre le géant de l’entertainment : The Walt Disney Company.

1 | Black Widow : Le film crash test 

Près de dix ans après son introduction dans l’univers cinématographique Marvel, Natasha Romanoff obtient enfin son origin story mais alors que le long-métrage devait sortir en avril 2020, la pandémie éclate obligeant le studio à décaler sa sortie à de multiples reprises.

Annoncé officiellement pour le 7 juillet 2021, ‘Black Widow’ a eu droit à un traitement particulier puisqu’aux États-Unis le film était proposé à la fois au cinéma et en Premier Access sur Disney+. Concrètement le long-métrage était accessible à tous les abonnés de la plateforme s’ils acceptaient de payer un supplément d’une trentaine de dollars.

Black Widow en Premier Access sur Disney+

Cette nouvelle forme de distribution est extrêmement intéressante pour les studios puisque tous les revenus leur reviennent. Il gère le long-métrage de sa production à sa distribution. Ils limitent ainsi de nombreux intermédiaires comme les exploitants ou les distributeurs qui récupérent traditionnellement un pourcentage des recettes.

Mais ce choix, en plus de ne pas plaire à de nombreux talent, n’est pas forcément plus lucratif. Ces dernières années, un Marvel rapportait au minimum 500 millions de dollars permettant aux acteurs et réalisateurs de percevoir bonus. En comparaison, ‘Black Widow’ n’a rapporté « que » 373 millions de recette soit le plus mauvais résultat depuis 2011. De multiples raisons peuvent justifier ce résultat dont la plus évidente : La COVID.

Mais ce manque à gagner est-il dû uniquement à la crise sanitaire ? Ou pourrait-il être également dû à cette double sortie ? C’est ce que semble penser Scarlett Johansson !

2 | Scarlett Johansson s’attaque au géant du streaming 

Le mois dernier, l’interprète de Black Widow a porté plainte contre la Walt Disney Company auprès du tribunal de Los Angeles au motif que la multinationale n’aurait pas respecté les termes de son contrat.

En effet, d’après ses dires la sortie simultanée de ‘Black Widow‘ en salle et sur ‘Disney Plus’ n’aurait pas été actée en amont et ce serait fait sans sa connaissance, lui faisant perdre au passage environ 50 millions de dollars d’après plusieurs experts.

En réponse à ce dépôt de plainte, la Walt Disney Company a contre-attaqué en cherchant à discréditer Scarlett Johansson. Pour cela, ils ont qualifié la plainte de  »mépris total des conséquences horribles et prolongées de la crise de la COVID-19 à l’international » tout en insistant sur le fait que l’actrice avait déjà reçu 20 millions de dollars pour son travail et qu’elle allait, en plus, recevoir d’autres bonus liés aux ventes Disney+.

Face à cette attaque cinglante, les réactions ne se sont pas faites attendre. De nombreuses voix se sont élevées comme celle de Gabrielle Carteris, la présidente du SAG-AFTRA, un syndicat d’acteurs et autres professionnels des médias, qui accuse la firme aux grandes oreilles de sexisme :

« Disney devrait avoir honte d’avoir recours à des tactiques de dénigrement et d’intimidation des femmes. Les acteurs et actrices doivent être rémunéré(e)s pour leur travail conformément à ce qui a été conclu dans leurs contrats. Scarlett Johansson braque les projecteurs sur des modifications abusives de sa rémunération que l’entreprise tente de faire passer en douce alors que les modèles de distribution changent. […] En outre, nous sommes profondément choqués par le ton sexiste de la réponse de Disney à l’égard de Mme Johansson. Les femmes ne sont pas « insensibles » lorsqu’elles se battent pour un salaire équitable […]. Les femmes sont victimes de l’inégalité salariale depuis des décennies, et elles sont encore plus victimes de commentaires comme ceux qui figurent dans les communiqués de presse de Disney. » 

D’autres mouvements comme Time’s Up, Women in Film et ReFrame ont également répondu avec une déclaration en soutien à l’artiste

« Nous nous opposons fermement à la récente déclaration de Disney qui tente de caractériser Johansson comme insensible ou égoïste pour avoir défendu ses droits commerciaux contractuels. Cette attaque de caractère sexiste n’a pas sa place dans un litige commercial et contribue à un environnement dans lequel les femmes et les filles sont perçues comme moins capables que les hommes à protéger leurs propres intérêts sans faire face à des critiques ad hominem. »

De quoi écorner l’image familiale de Disney… Si bien que le géant de l’entertainment aurait demandé à ce que la suite de l’affaire se fasse à l’amiable et surtout à huis clos, histoire de calmer la débacle médiatique et peut-être aussi de ne pas donner des idées à d’autres professionnels du secteur…

3 | Black Widow : La fin des supers bonus ? 

Le modèle de rémunération des artistes évoluent. Avec le streaming prenant de plus en plus de place au sein des grands studios, les bonus sur recette au box office semble s’éloigner petit à petit. Alors l’air de l’internet TV va-t-elle vraiment mettre fin à cette méthode de financement ? Seul l’avenir nous le dira. 

Catégories
Média, Cinema et Streaming

Deezer : Le streaming made in France

Dans le monde du streaming, Deezer se positionne aujourd’hui comme l’un des acteurs majeurs. Fondé en 2007 par Daniel Marhely et Jonathan Benassaya, l’entreprise française n’a cessé de grandir.

Deezer surfe sur la tendance

La musique, au même titre que bien des secteurs de notre société s’est faite complètement bouleverser. Aujourd’hui, le physique semble loin. Les disques, les vinyles et les cassettes prennent la poussière pour la plupart. Aujourd’hui on écoute ses artistes favoris en streaming !

À ce titre, le monde a vu émerger de nombreuses plateformes consacrées à ce type d’écoute. Spotify, Apple Music, Qobuz ou encore Deezer ont représenté en 2020 80% du chiffre d’affaire de l’industrie musicale. Certes bien aidé par les confinements et les fermetures des points de vente, la tendance est pourtant bien là.

Parmi ces nombreuses plateformes, il en existe des françaises comme par exemple Deezer. Avec 37,5% de part de marché, c’est la préférée des français.

Si vous voulez en apprendre plus sur ce mode d’écoute et plus précisément sur Deezer, je vous invite à consulter mon infographie.

Catégories
Blog Digital Marketing Entreprendre French Tech interview Média, Cinema et Streaming Startup Tech & Innovation Transformation digitale

Interview du cofondateur de Tracktl, le social jukebox made in France.

Interview du cofondateur de Tracktl, le social jukebox made in France.

Louis Aubert a d’abord étudié à KEDGE Marseille, puis à l’université de San Diego en Californie, où il a découvert le monde de l’entrepreneuriat. De retour en France, Louis a notamment travaillé avec Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire au numérique, sur plusieurs projets web, avec d’autres entrepreneurs.

C’est habité de l’envie de monter sa propre structure entrepreneuriale que Louis a cherché à s’associer et a rencontré Thibault Taupin, tout juste sorti de Centrale Paris. Tous les deux cofondent Jukeo, devenue par la suite Tracktl, puis l’ont nourrit et enrichit pendant plus de 8 ans. Dans un premier temps, Tracktl est née d’un désir de démocratisation de la musique pour des soirées entre amis, et a rapidement trouvé sa place dans l’animation d’événements en entreprise, en boutique, en restauration, en hôtellerie etc..

Cette plateforme musicale made in France a poussé notre façon de consommer la musique au maximum du collaboratif, puisqu’elle permet aux participants de choisir les musiques diffusées sur un lieu ou un événement, depuis leur mobile via un système de vote, tel un jukebox 2.0.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Linkedin : https://www.linkedin.com/pulse/interview-du-cofondateur-de-tracktl-le-social-jukebox-camille-goirand/

Pour en savoir plus sur Tracktl : https://www.tracktl.com/fr/index.html

Catégories
E-transformation du monde Média, Cinema et Streaming Réalité Virtuelle

La Réalité Virtuelle : L’avenir du cinéma ?

Réalité Virtuelle : L’avenir du cinéma ?

Vous n’avez sans doute pas pu les rater. Au détour d’une galerie commerciale, dans les allées d’un évènement ou même dans la rue, les stands pour tester la réalité virtuelle se sont démocratisés et ont pris une réelle ampleur en seulement quelques années.

Le Festival international de l’animation d’Annecy où j’ai pu me rendre était de ceux-là et offrait la possibilité au public de découvrir des courts-métrages VR en partenariat avec Arte !

C’est à cette occasion que j’ai pu visionner un court-métrage d’animation intitulé « Accused #2 » retraçant le procès de Sisulu, le bras droit de Nelson Mandela, arrêté dans les années 60.

1 | La Réalité Virtuelle : Une technologie des années 90 !  

Au cœur de « Ready Player One » par Steven Spielberg, cette technologie n’est pas une simple utopie ! Présentée pour la première fois dans les années 90 par Nintendo, la réalité virtuelle fût un flop avant d’avoir ses premières heures de gloires en 2013 avec l’oculus rift DK1. Ce casque en réalité virtuelle utilisé dans le secteur du jeux vidéo fût mis en avant par de nombreux YouTubeurs gaming comme Pewdiepie ou Markiplier.

Quelques années plus tard, Facebook rachète l’entreprise pour 2 milliards de dollars tandis que Sony lance en grande pompe son casque en réalité virtuelle à utiliser sur la PlayStation. Mais alors que de nombreuses entreprises développent cette nouvelle technologie, le marché s’écroule.

Ce n’est qu’en décembre 2019 que la VR revient en force. Le casque est le cadeau de Noël à la mode ! Les plus populaires se retrouveront d’ailleurs en rupture de stock prouvant l’engouement du grand public.

Vous l’aurez compris, la réalité virtuelle est en pleine expansion depuis plusieurs années et pas seulement dans le secteur du jeux vidéo. Les lieux de cultures, les chaines de télé et le cinéma s’y sont mis ! Mais alors où en est-on ?

2 | La Réalité Virtuelle : La révolution cinematographique ?

Après l’introduction des fonds verts, des effets spéciaux numériques ou encore de la 3D, la réalité virtuelle pourrait bien être la prochaine innovation qui révolutionnera le cinéma.

Pourquoi ? Car c’est une technologie utilisable à tous les niveaux que ce soit en préproduction, en production ou lors de la dernière étape : la promotion.

Préproduction

Utile dès les premières étapes de création, la réalité virtuelle permet de prévisualiser les scènes avant de filmer quoi que ce soit. À l’aide d’un casque VR, les réalisateurs et les équipes techniques peuvent découvrir l’environnement fictif dans lequel les personnages vont évoluer.

Grâce à cela ils peuvent expérimenter et choisir les meilleurs placements de caméra avant même d’arriver sur le plateau. James Cameron a notamment utilisé cette technologie pour visualiser ses acteurs face aux immenses aliens d’Avatar. Lucasfilm l’a également utilisé pour les scènes de combat aériennes dans « Rogue One : A Star Wars Story ».

Production

La réalité virtuelle s’invite aussi sur les plateaux de production !

Jon Favreau l’a utilisé pour la première fois dans « The Jungle Book », avant de passer à l’étape supérieure avec le remake de « The Lion King ». Si ce n’est une seule prise de vue réelle, le film a été tourné à 99% sur un plateau virtuel.

Les décors et les animaux ont dû être créés en 3D en amont du tournage afin de permettre au réalisateur et à ses équipes d’explorer en VR la savane et de choisir les meilleurs angles pour créer les scènes.

Aujourd’hui la technologie va encore plus loin avec The Volume ! Mêlant écran LED & réalité virtuelle, elle permet au réalisateur de voir le plateau se transformer devant ses yeux en temps réel. Pour en apprendre d’avantage cliquez ici.

Promotion

La réalité virtuelle est également utilisée lors de la promotion des films. Des vidéos 360 présentant les coulisses, des jeux vidéo dédiés ou des expériences VR sont créés pour ensuite être diffusés dans des salles spécialisées ou sur les réseaux sociaux.

Par exemple, pour la sortie de ‘Conjuring 2’ en 2016, Warner Bros. Pictures proposait « The Conjuring 2 – Expérience Enfield VR 360 », une expérience en réalité virtuelle invitant le spectateur à entrer dans la maison des Hodgson hantée par une entité maléfique. Une proposition visiblement appréciée puisqu’elle comptabilise aujourd’hui plus de 16 millions de vues sur YouTube !

Les festivals cinéma ne peuvent désormais plus ignorer le phénomène et les efforts créatifs investis dans ce nouveau média. À tel point que désormais, la VR a droit à ses propres prix et récompenses. Au-delà des œuvres en VR, les plateformes en réalité virtuelle proposées lors de ces grands événements sont devenues incontournables. Comme Cannes XR, un lieu de rendez-vous professionnel regroupant producteurs, réalisateurs & autres professionnels du secteur.

3 | La Réalité Virtuelle : de la science-fiction à la réalité

Cette nouvelle technologie révolutionne les contenus mais aussi les pratiques !

Les casques en réalité virtuelle sont de plus en plus performants permettant une diffusion en bonne qualité des derniers films 2D ou 3D. C’est cette évolution technique qui a permis aux salles de cinéma virtuelles de voir le jour.


Big Screen est l’un des leaders de ce marché et revendique en moyenne 30h d’utilisation par utilisateur à la semaine.

Lancée en 2016, l’application téléchargeable dans les casques VR propose à l’utilisateur de visionner des films gratuitement à heure fixe ou de les louer. Elle offre également la possibilité de regarder des événements live tel que des concerts ou des rencontres sportives.

Comme dans une salle de cinéma, vous pourrez être entouré d’inconnus mangeant du popcorn, buvant du soda ou discutant. Contrairement à une expérience classique, vous aurez la possibilité de les mettre en sourdine. Vous pouvez également décider de vous retrouver entre ami(e)s ou en famille dans des salons privés.

Big Screen offre également des services en plus !


Comme de changer de décor au grès de vos envies. L’application sélectionnera par défaut une salle de cinéma en fonction du film que vous choisissez. Par exemple si vous regardez Titanic vous aurez une salle vintage, alors que si vous visionnez Gravity, vous vous retrouverez dans l’espace. Si ce décor ne vous convient pas, vous pourrez tout simplement le changer.

4 | La Réalité Virtuelle : de la science-fiction à la réalité

La réalité virtuelle est en pleine expansion que ce soit pour les professionnels du divertissement ou le grand public.
Mais malgré des casques de plus en plus performants, ils n’en restent pas moins peu agréables à porter sur de longues durées. Une amélioration nécessaire pour qu’ils deviennent un incontournable pour toutes les familles !

Sources :